Le Naos

Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm, voie d’Eveil.

Le Naos

Avant tout … et tout d’abord … voici deux citations suggérées par deux frères par le hasard des échanges …

« Pour que se ranime une tradition sclérosée, durcie, pour éliminer les surcharges dont celle-ci s’est grevée en s’inscrivant dans la durée, pour se débarrasser des alluvions qu’elle a déposé, il faut adopter une attitude fondamentalement critique à laquelle il est possible de donner le nom de “destruction” pour en marquer la radicalité et l’importance. »

Rabin M.A. Ouaknin.

« Nos problèmes ne cessent de croître. Bien que nous jouissions d’une certaine sécurité matérielle, d’une protection sociale, notre psychologie est, en grande partie encore, animale et tant que nous ne comprendrons pas toute la structure psychologique de la société – et notre propre structure psychologique, qui en fait partie -, notre esprit ne sera jamais libre, il demeurera toujours torturé par la peur. C’est pourquoi il me semble qu’un être humain, suffisamment mature, qui voudrait aller très loin, non pas dans la lune mais en lui-même, afin de découvrir ce qui est vrai, doit avoir un esprit très clair, non contaminé, sans tache. Et un esprit ne peut être limpide et clair que s’il est libre, libre de la peur. »
Jiddhu Krishnamurti

Concernant la première d’entre elles sans aller jusqu’au terme de « destruction » nous dirons qu’il sera fortement opportun d’opérer une re-visitation de cette tradition afin de la « regarder » et de « l’étreindre » en changeant d’angle de vue … certains exprimeront cela par « changer de paire de lunettes » … alors une tradition quelle qu’elle soit retrouve sa force et son opérativité … Il en est ainsi de notre Rite (Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm) dont les sources philosophiques doivent être retrouvées afin que sa forme extérieure redevienne productrice de sens …

Concernant la seconde : celle de Krishnamurti, elle désigne sans détour cette partie de l’humanité qui, bien qu’ayant acquises toutes les conditions d’accès à un haut niveau de conscience, sombre dans une décomposition létale faute de ne pas avoir le courage de muter vers une autre civilisation plus conforme à l’évolution du (ou des) monde manifesté … Sans être Darwiniste : la mort attend le vivant incapable de s’adapter. Il est donc vrai que seul l’homme libre de tout attachement (donc plus concerné par la peur de perdre la moindre prérogative ou le moindre lien) peut prétendre à ce changement de statut … pour atteindre cela, seule une « spéléologie » des profondeurs et quelques autres pratiques seront les bienvenues

L’homme est dans un véhicule certes … parce qu’il est  et vit dans l’incarnation qui est la sienne … mais s’il utilise un « véhicule » il est et doit être un esprit totalement libre afin que se réalise non sa propre volonté mais qu’il soit acteur efficient d’une évolution d’un monde qu’il découvre peu à peu mais qui le transcende …

Ces deux magnifiques assertions vont me permettre d’être plus précis sur le vaste thème de méditation suivant: Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm, Voie d’Eveil … et sa notation « Voie Orientale »

Être libre c’est :

  • S’affranchir de tout conditionnement (Conditionnements reptiliens, exigences limbiques, dictatures mentales, impératifs sociétaux, et nous en passons … tant il y en a),
  • Découvrir la réalité ou la non réalité de notre être (faire la différence entre notre réalité éphémère, nos composants illusoires, et notre réalité ponctuelle dans une succession d’espace-temps infinie)
  • C’est se placer dans le champ d’une construction universelle (cela désigne ce que l’ancien Egypte enseigne nomme « Maat » et que le bouddhisme Tibétain nomme « l’Ordre Cosmique »

Afin de réaliser cela, notre Rite devient un moyen :

  • De confronter « Sciences Objectives » et « Sciences ésotériques »
  • De rendre plus performants nos outils de discriminations du savoir et le repérage des voies d’accès à la connaissance (Arts Royaux, Symbolisme, Philosophie, Hermétisme, …)
  • D’exiger une investigation holistique de toute pensée humaine. Ce qui inclut, bien évidemment, l’obligation d’une méditation de type encyclopédique tant il n’existe pas d’éveil possible sans vivre et connaitre soi-même la plupart des traditions disponibles. Chacune d’entre-elles informant le cherchant sur les points forts de sa propre existence, mais aussi, de son rôle « ici et maintenant »

Lors de mes derniers articles nous avions abordé :

  • La franc-maçonnerie et « ses ambitions ». nous avions privilégié les aspects qui concourraient à la notion d’éveil.
  • Nous avions fait un petit détour par Platon … le Platon historique dont la vie à su interroger deux aspect de la nature humaine … l’Homme, le Philosophe Grec, disciple de Socrate et défenseur de la vérité dès lors que l’on peut la décrire avec « objectivité » … mais aussi, admirateur du « beau », du « vrai » … et de surcroit l’acceptation raisonnée de l’Occulte !!!
  • A pas de loup, le mystère de l’entre-deux avec « Profanum »

Aussi, bien nous sommes, maintenant, dans le Temple et nous donnerons de temps en temps la parole à un personnage de fiction que nous appellerons « Noen »  … selon l’expression consacrée : « Toute ressemblance avec un personnage existant serait absolument une pure coïncidence …  » …

L’Apprentie Jakin alias « Noen » prend place au septentrion … et c’est dans le silence le plus absolu que le Temple, et son organisation, constitue une mandala dont elle cherche à comprendre la signification … Tout n’est que symbole … et tout symbole possède en elle la force d’un message urgent à considérer. Le Soleil, la Lune, un Orient d’où émerge un « sublime triangle » (36-108-36) au centre duquel rayonne l’œil d’Horus, une voûte étoilée soulignée par une houppe dentelée de curieuse façon et à l’Occident deux Colonnes semblant séparer deux territoires … pourtant ce qui attire le plus son regard c’est cet espace étonnant au centre … une forme si singulière !!! …

A la verticale d’une voûte stellaire … un fil à plomb … puis un triangle équilatéral sur lequel sont placés une flamme centrale, blanche, vers l’Ouest une cassolette où brule de l’encens, vers l’Est ce qui sera nommé « les trois joyaux » de la Maçonnerie … puis un pavé mosaïque formé de cases noires et blanches au nombre de 108 (soit 9*12) … sous le pavé mosaïque : les plans définissant les projets humains …

Le tout est « délimité » à trois colonnettes dont il lui est enseigné qu’elles représentent la « Sagesse », « la Force » et « la beauté » …

Là est installé : le Naos …

La sœur Noen eu la chance d’être accompagnée par un Maître pour assister à des travaux soumis à d’autres Rites mais aussi d’avoir assisté à la cérémonie de construction et la sacralisation d’un Temple maçonnique de Rite Égyptien.

Pour les premiers, le Naos en était Absent, en lieu et place se manifestait le « Tableau de Loge » …

Pour la seconde il avait remarqué qu’avant toute chose toute manifestation procédait d’un esprit … voire d’une source … elle-même porteuse « d’Ordre » … et que cela était représenté par ce que l’on nommait « Le Naos » …

A : Le tableau de Loge

L’on pourrait expliquer à notre sœur Noen que, quel que soit le Rite, les travaux se déroulent dans un espace sacré sous l’inspiration d’une transcendance.

Cette transcendance est représentée d’une manière ou d’une autre et cette représentation décrit de la façon la plus subtile possible les fondements spirituels acceptés par les frères (et les sœurs) qui se réunissent là afin que l’authenticité dans la recherche et la fraternité dans le respect de nos différences puissent s’exercer … le but ultime est, sans aucun doute, la « construction d’une harmonie nouvelle » pour toute l’humanité toute entière ..

Là est le secret des secrets … où le murmure de l’esprit qui souffle où il veut et quand il veut !!!. Le seul problème est que l’homme étant le « Sujet » et « l’objet » de sa méditation. De ce fait, il a une fâcheuse tendance à prendre ses propres visions pour des attendus universels et à les ériger en règle …

Ce « défaut » devient une qualité et une force lorsque « Compagnonnage » et « Hospitalité » permet l’expression de ces différentes visions. La Franc-maçonnerie devient un diamant qui brille de ses multiples facettes …

Pour avancer dans notre propos, donnons à notre Sœur « Noen » un exemple : le Tableau de Loge du « Régime Ecossais Rectifié » … une dimension très importante va apparaitre : Celle de la nécessité de rassembler en un endroit donné les représentations qui constituent le fondement et l’essence du Rite que l’on pratique !!!

Je laisse, alors, la parole à l’Union Maçonnique de 1984 dont le fondateur fut le frère Raymond Bouscarie. Dans un numéro spécial il traite du « Tapis de Loge » …  (en voici un extrait)

« Un Tapis de Loge représente beaucoup de choses, celui du Rite Ecossais Rectifié est apparemment simple ; très simple même. Par contre dans nos cérémonies, il joue un rôle important.

Le décrire ou parler de ses emblèmes n’est pas, ou ne présente pas d’énormes difficultés (Pavé mosaïque, Houppe dentelée, Soleil, Lune, Pentagramme étoilé, Colonnes, Porte, escalier, symbolisme Pythagoricien, Pierre brute, Pierre cubique, Horizon …). Il fallait donc essayer d’en approfondir toute la rigueur comme toute attirance et peut-être d’arriver à comprendre pourquoi nos anciens l’avait adopté dans la forme qu’ils nous l’ont  transmis …

Le nombre d’Or … était connu, en ce qui nous concerne, avant d’être introduit en Franc-maçonnerie … alors mettre par écrit, parler de ce que bien d’autres ont traité nous semblait un peu ridicule. Ridicule surtout quand on sait ou quand on connaît par expérience, les sourires et quolibets réservés à l’expression « Divine proportion ».

Il est également difficile de citer toutes les références auxquelles l’on fait appel. Par manque de mémoire d’une part, car où prendre les références de sa propre éducation ? Profane comme maçonnique d’ailleurs, d’autre part les idées n’apparaissent que par séquences, souvent incontrôlables, ou, encore, sous des impulsions n’appartenant qu’à l’instant où elles arrivent.

C’est donc à la façon des Grecs qu’il fallait, dans un dessin reconstitué pas-à-pas expliquer puis déposer tous les signes contenus dans le Tapis de Loge.

Expliquer à l’aide de notre langue c’est aussi en respecter la normalisation, le vocabulaire comme la syntaxe ; puis déposer en dessin les chiffres qui servent à son établissement, suivant une norme, c’était surtout parler de formes. Ainsi peu à peu, malgré nous, le tapis de loge devenait l’idéogramme et n’était-ce pas ce que les anciens voulaient ?…

Sans le percevoir, le médium de la pensée se normalise et ne peut s’interpréter qu’avec des propositions d’informations, toujours difficiles à traduire et à mettre dans des phrases cohérentes et facilement compréhensibles. C’est plutôt comme une communication d’idées qu’il faut ressentir ce travail (il s’agit là de l’analyse du message transmis par contemplation du tapis de loge). Un peu comme une lutte intérieure que nous menons et dans laquelle il ne peut y avoir, à un moment ou à l’autre, une réalisation d’équilibre ….  »

Le texte supra est transcrit tel quel mais il est déjà possible de remarquer que « le Tapis de Loge » mis au centre du Temple maçonnique découvert selon un rituelie appropriée à l’occasion de « l’ouverture des travaux puis recouvert à la fermeture constitue la représentation d’un souffle philosophique, spirituel de référence pour les pratiquants du Rite concerné … en « passant » derrière les mots et les symboles nous prenons conscience qu’un autre message plus subliminal œuvre … il est d’une nature plus transcendantale. Le texte évoque le nombre d’or … le medium de la pensée … et même la linguistique profonde ancrée dans un subconscient difficile à traduire en notre langue quotidienne !!!

Il sera, ainsi, une invitation à l’intuition, à l’acceptation consciente du beau et de l’harmonique et à la recherche du sacré … une vraie démarche Platonicienne s’il en est

Le document que j’ai proposé à la jeune soeur frère Noen précisait les sources d’inspirations qui présidaient à la création du Tableau de Loge du Régime Ecossais Rectifié. En voici quelques-unes :

  • Exode :26-16 // Il sera carré et double, d’un empan de long et d’un empan de large,
  • Ezechiel :40-5 // l’homme tenait dans sa main une canne à mesurer de six coudée, d’une coudée plus une palme ..
  • Chroniques :3-3 // Voici que l’édifice de la maison de Dieu fondée par Salomon eut une longueur de soixante coudées – coudée de l’ancienne mesure – et une longueur de vingt coudées …
  • Apocalypse :11-1 // Puis on me donna un roseau, une sorte de baguette en me disant : « lève-toi pour mesurer de temple de Dieu, l’autel et les adorateurs qui s’y trouvent ; quant au parvis extérieur du Temple laisse-le, ne le mesure pas, car on l’a donné aux païens.
  • Rois :6-27 // Il plaça les chérubins au milieu de la chambre intérieure ; ils déployaient leurs ailes en sorte que l’aile de l’un touchait au mur, que l’aile de l’autre touchait à l’autre mur et que leurs ailes se touchaient au milieu de la chambre, aile contre aile.

B : une tentative d’explication du terme « Naos »

Dans le paragraphe précédent nous avons acquis une idée de ce qui se passe au centre du temple. Ici est un point … un lien … un rappel aux fondamentaux dont on pense qu’ils structurent ou “enchevillent” notre existence … (pour le tapis de loge que nous avons évoqué et qui concerne le degré d’apprenti … le référentiel est clair !!!)  …

Pour le Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm … le Temple comporte en son centre un ensemble … au centre duquel « rayonne un Naos » … au sein de nos rites égyptiens il existe diverses façons de le mettre en place. Ce qui suit donne une interprétation, possible, de la présence « de cet édifice »

De quoi s’agit-il, donc ?

Avant toute chose : deux définitions empruntées à l’Égypte ancienne  et formulée par R.A Schwaller de Lubicz puis par le chercheur philosophe et Hermétiste patenté René Lachaud.

B.1 : dans le « Temple de l’Homme », R.A. Schaweller de Lubicz explique, au sujet du temple de Louqsor : « Toute construction si simple soit-elle, a une âme parce qu’elle est un volume. Le volume est nécessairement l’indéfinissable substance de l’esprit arrêté en espace. Il est vivant, il est spécifié, il est nombre, donc musique » … il ajoute : « l’impulsion à tout mouvement et à toute forme est donné par Phi. Phi est l’impulsion par le nombre entier 5. Phi ne peut pas être défini par un nombre rationnel. Il ne se définit que par l’harmonie qu’il engendre »

Les anciens Égyptiens représentaient cet espace-temps particulier en consacrant un lieu faisant partie de l’élément de la « construction Divine » et dans cet élément y reposait « la divinité » … Seul le prêtre pouvait ouvrir et fermer les portes du Naos et pénétrer en ce lieu d’une sacralité absolue. Le Naos était un lieu drastiquement isolé, aucun culte n’y était rendu … aucun autel ne pouvait, donc, s’y trouver …

01-02-VE-Naos-02Les hommes étant ce qu’ils sont, le besoin d’assimiler une présence divine se traduisait par la mise en place au centre du Naos d’une statuette illustrant la référence reconnue du peuple égyptien ainsi trouvait-on la Statue « d’Osiris » à Abydos, celle de «  » à Héliopolis, celle de « Thot » à Hermopolis, de « Amon » à Karnak, celles de « Amon-Re + Mout + Khonshu » ou la Triade Thébaine à Louqsor,  de « Ptah » à Memphis, de « Hathor » à Dendérah, de « Horus » à Edfou, de « Sobek » et de « Haroèris » à Kom-Ombo, « d’Isis » à Philae ….

Cette statue était appelée « Naophorous » … Ci-contre la reproduction d’un schéma appartenant au « Temple de l’Homme » … Louqsor épouse la silhouette de l’homme … le Naos se trouve quasiment au niveau de l’Hypothalamus-Thalamus (les Orientaux nomment cette zone la grotte de Brahma) … dans cette gravure et selon la légende le pharaon tient dans sa main l’offrande « Rendre la maison à son maître »

B.2 : Dans les Incontournables «  de René Lachaud, je produis, ici, un extrait qui illumine mon propos.

« Un temple pharaonique serait incomplet sans crypte … il est une image dans le miroir, un temple inversé caché dans l’épaisseur des murs ou sous les dalles du sol.

Entrons-y à reculons afin de ne point être suivi

La construction d’un temple ne commence pas par le Naos …. Mais bien plus logiquement par les cryptes souterraines (dont le rôle est le mixage d’énergies cosmo-telluriques) … 01-02-VE-Naos-03Le naos est la culmination cryptique du temple au centre du « labyrinthe. Un centre qui n’est pas géométrique mais le résultat d’une géométrie inversée dont Thot et Seshet ont établi les règles et dont la Table d’Emeraude fournie les modalités. Le Naos est un espace exigu mais sans limite.  Le centre est la source des vertus agissant comme un ferment. C’est le lieu d’une conjonction, une réunion des contraires en unité parfaite, un accouplement inouï gratifié d’une fécondité innombrable.

Le Naos désigne le Lieu et la chose qu’on manipule, le but ultime d’une réalisation à la fois matérielle et spirituelle. Il contient l’assemblage de tout ce que l’on peut trouver sur terre, à condition de quester sans relâche. » …

Et continue-t’il : « Au plus profond du temple, à l’intérieur du sanctuaire se dresse le Naos-Tabernacle, un édifice de pierre de plan carré surmonté d’une pyramide … l’équilibre idéal d’un univers terrestre parcouru par le Divin …

Le Naos sert de relais dynamique entre les puissances célestes et l’humaine précarité … Le monde concret s’efface devant cette manifestation de la gloire du Divin où viennent se poser les « Akhou » (Efficiences, excellences, rayonnements parfaits, lumière-Esprit divin) … ce n’est pas une image de Dieu mais une prodigieuse concentration de vie supra-terrestre »

C : Avant d’aller plus loin dans notre analyse prenons conscience :

… qu’une constante, chez l’homme, est la nécessité de s’identifier, se définir … poser des systèmes de compréhension sur notre niveau d’évolution toujours dans le but d’établir un lien avec l’inconnu … avec l’autre que l’on ne connait point … parce qu’il appartient à une autre culture, un autre espace cultuel ou simplement un espace de connaissance non référencé, encore …

01-02-VE-Naos-PionnierPlq-01Il pense qu’avec un « avatar » construit sur des représentations qu’il croit universelles il pourra se mettre en relation … La méthode est prisée par le monde profane, scientifique, dès lors que l’esprit humain voyage dans l’espace grâce aux machines qu’il aura su créer et aux langages construits par lui et dont il imagine qu’ils seront compris par des civilisations extra-planétaires avancées …

Voici cette plaque posée sur un vol Pionnier … le satellite vogue dans l’espace « au hasard » des « vents » inter-stellaires dans l’espoir que la vie telle que nous la définissons et que nous établissons comme une exigence cosmique généralisable saura informer d’autre vie sur notre présence … cette plaque dit :

  • Nous connaissons la transition hyper fine d’un atome d’Hydrogène,
  • Notre grandeur en tant qu’être humain en proportion de la grandeur de la sonde Pionnier 10 … et nous sommes des êtres sexués,
  • Nous avons codé pour vous, entités inconnues, en 8 en Système Binaire,
  • Voici la position relative au Soleil par rapport aux 14 Pulsar que nous avons découverts et au centre de notre Galaxie,
  • Voici, aussi, les positions relatives des planètes du Système Solaire … et les distances relatives …

Avec ce que nous venons d’aborder nous pouvons commencer à expliquer à notre sœur Noen que cet espace totalement étonnant au centre de notre Temple a une fonction, absolument, claviculaire. Le symbolisme afférant, ainsi que, même la description réelle, physique constitue dès facto un message d’une grande valeur pour notre propre conscience individuelle mais aussi collective, pour la consolidation de notre savoir mais aussi pour l’actualisation de notre connaissance. Car nous nous dirigeons vers une sorte d’obligation : Marier « sciences objectives » et « Sciences ésotériques » car toute référence à un souffle transcendant procède de l’un et de l’autre.

Cette obligation est inscrite dans l’essence de notre Rite. Voyons comment.

Extrait de « la Franc-maçonnerie d’autrefois », chapitre installation d’un temple, de Robert Ambelain :

SGM : Respectable frère premier grand surveillant, quels sont les instruments dont s’est servi le Grand Architecte des Mondes pour la construction du Temple Universel ?

Premier Grand Surveillant : d’un Triangle, d’une Perpendiculaire, et d’une Equerre Parfaite, SGM

SGM : Respectable frère deuxième surveillant quelle est la forme du Grand Temple Universel ?

Deuxième Grand surveillant : Un triangle Equilatéral Parfait, allant du septentrion au Midi et du Midi à l’Occident SGM

Ensuite seront déterminés Hauteur, largeur, longueur … lesquelles seront de coudées sans nombre …

SGM : Comment est couvert le Temple universel ?

Premier Grand Surveillant : Par un dais immense, parsemés d’Etoile, SGM

SGM : Ce temple est, donc, placé sous la garde des veilleurs du Ciel ?

Premier Grand Surveillant : Il l’est, SGM, et ils en sont les véritables Couvreurs.

SGM : Ceci est juste, respectable frère. C’est pourquoi, les Nômes Célestes se reflètent sur la terre, dans le Nômes terrestres, afin que ce qui est en haut soit comme ce qui est en bas, selon la parole de notre maitre : hermès trismégiste, lequel, enseignant Asclépios, lui dit que  «l’Egypte est l’image du ciel, la projection ici-bas de toutes les ordonnances des choses d’en haut, et, ainsi, devient-elle le Temple du monde… » ….

Ensuite seront introduits les personnages faisant partie de notre logos solaire, environnant notre Planète : Le Soleil, la Lune … et une étoile particulière …

Un autre triangle, permettant l’orientation du Temple selon la Tradition …

SGM : Respectable frère premier grand surveillant, quels sont les proportions du Triangle Egyptien ?  Premier Grand Surveillant : Trois coudées sacrées pour la base, SGM, Quatre pour la hauteur et cinq pour l’hypoténuse ….

…  Il est alors démontré que ce triangle possède des vertus telles que travaillées d’une certaine manière il permettra d’assoir sur le plan terrestre un Temple de plus pure harmonie … un constat pourra être fait :

SGM : Mes frères, puisque le carré long est parfait en toutes ses parties, que la Ternaire se reflète de l’Orient à l’Occident, que la Quaternaire se reflète du septentrion au Midi et que la Quinaire les unit, que Séchât, la dame des écritures, la maitresse des signes, celle qui véhicule la Divine Parole, le verbe d’Horus, qu’elle soit honorée et manifestée, elle qui enseigna ces choses aux hommes, et qu’elle règne en nos mystères.

01-02-VE-Naos-Phylac-01Seront, alors déposés sur les diagonales du carré long deux phylactères comportant chacun 16 caractères … 16 Caractères hiéroglyphiques (symbole du pouvoir ésotérique)  et 16 caractères Démotiques (Symbole du pouvoir exotérique) …

Ceux-ci se croisent au centre du carré long. Le SGM fera, alors apporter la « Pierre Cubique à Pointe » sur ce point de Croissement …

SGM : Que la Pierre Cubique scelle l’union des deux langages et qu’ainsi le Divin pénètre  l’Homme …

Le Sérénissime Grand Maitre fera, ensuite poser en lieu et place le pavé mosaïque dont les dimensions sont 9*12 soit 108 Cases … puis le Triangle équilatéral … sur celui-ci … une bougie blanche en son centre … à la pointe occidentale le brule parfum et l’encens … sur le côté oriental, les trois joyaux de la loge …

Notre sœur Noen peut d’ores et déjà percevoir la dimension exceptionnelle, par voie d’analogie, de ce qu’elle voit au centre du Temple et que l’on nomme le « Naos »

Le Naos dans un temple du Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm et notamment Voie Orientale

Notre « naos » et son environnement est formé : de la voûte céleste hémisphérique, d’un fil à plomb en appui sur une étoile particulière (l’étoile polaire au sens astronomique du terme), d’un plateau triangulaire (60-60-60), d’un pave mosaïque (9*12), de 3 Colonnettes et de façon non apparente une figure géométrique à 5 sommets …

Le plateau triangulaire est, dans la littérature désigné comme étant le Naos et dit-on ,parfois, qu’il évoque l’épure géométrique d’un fragment d’Obélisque et notamment le « pyramidion » … qui chapeaute l’obélisque même.

Deux remarques à ce sujet :

  • Le première est que les obélisques qui peuvent historiquement faire références : les 13 obélisques de Rome, celui des bords de la Tamise (l’aiguille de Cléopâtre cf. 21 Janvier 1878), celui de New-York son jumeau (Central Park) et notamment celui (Louqsor) de Paris sur la place de la Concorde offert par Mehémet-Ali à Louis Philippe … ont un pyramidion non conforme à la structure géométrique de type Triangulaire-Equilatéral …
  • La seconde remarque est que parmi les triangles répertoriés en architecture sacrée en ancienne Égypte nous pourrions admirer : le triangle isocèle (45-90-45), le triangle sacré (36-54-90), le triangle lumineux (36-108-36), le triangle sublime (72-36-72), le triangle de l’Offrande (  76.5-27-76.5) …  Sans trop dévoiler à notre sœur Noen, apprentie en l’art royal, elle peut, d’ores et déjà, constater que la somme des chiffres composant la valeur des angles est toujours … 9

Bien que ces deux remarques soient d’une grande importance initiatique, notre propos ne sera pas développé, ici, car il nous emmènerait trop loin pour notre sujet …  mais elles disqualifient le triangle équilatéral comme lien total avec un fragment d’Obélisque.

Plus proche serait une face de « Ben-Ben » dont les mesures sont proches de celle de la Pyramide chéops (51.51-76.98-51.51 selon les additions « divines » pour chaque angle nous trouvons 3-3-3), la Pierre de la Création du monde, le germe solidifié d’Atum, Re,   … le Benou-Phenix viendrait s’y poser selon une périodicité étonnante …

Résumons, maintenant :

Un « Naos » était un lieu sacré inaccessible à tous sauf à Pharaon … là y était le lieu (un lieu caché) où figurait une représentation de la divinité tutélaire associée au Temple que l’on érigeait. Elle concrétisait sa présence. Là pharaon était dans une connexion cosmo-tellurique propice à une communication entre les mondes du plus subtil au plus dense … là s’établissait sans entrave un lien intime entre le représentant de théocratie pharaonique, les principes suprêmes et  le peuple … là était silence, lien matriciel … ordre et harmonie transmis par voie de conscience …  la genèse et le réalisation de l’œuvre est extension de conscience du monde manifesté …

Alors notre « Naos » dans l’acception ci-dessus décrite est-il un véritable « naos » au sens que nous venons d’indiquer ? A priori non … pourtant si nous y regardons de plus près et si nous appliquons la règle de l’analogie nous allons pouvoir dire oui !!!

Si notre « naos » est formé de l’ensemble des éléments suivants:

  • la voûte céleste hémisphérique,
  • d’un fil à plomb en appui sur une étoile particulière (l’étoile polaire au sens astronomique du terme) entouré de la « Grande Ours » et des étoiles circumpolaires,
  • d’un plateau triangulaire (60-60-60) sur lequel est situé, au centre une bougie Blanche, à la pointe Ouest le creuset des parfums et à l’Est les joyaux de la Franc-maçonnerie,
  • un pave mosaïque (9*12 = 108),
  • 3 Colonnettes « Sagesse » « Force » « Beauté »
  • et de façon non apparente une figure géométrique à 5 sommets …

Utilisons comme référence le Rituel complet du Premier degré de notre Rite …

L’espace formé par les trois colonnettes est infranchissable sauf par le Vénérable Maître ou par un frère ou une sœur par délégation (cf. l’Expert).

Cet ensemble constitue un lieu, bien sûr identifiable mais dont les limites ne peuvent pas être appréhendées. L’ensemble étant constitué d’une encapsulation de symboles et d’épures que seul le connaissant peut reconstituer à l’intérieur de lui-même… c’est le Vénérable Maitre qui seul met en « tension » le Naos afin qu’une rencontre avec les champs objectifs et subtils puissent ester …

Bien que la figurine n’existe pas, les épures symboliques présentes et ordonnancées d’une certaine manière donnent témoignage de la nature des savoirs et des connaissances utiles à notre humanité au sein notre logo-Solaire … et dans notre espace-temps …

Un même lien intime s’établit par la voie de la rituelie sous la part active du Vénérable Maître qui va rendre à la conscience la circulation de la lumière et des énergies … Officiers et Membres de l’atelier seront alors « sous une douche initiatique »

(Rappelons-nous qu’aux temps des Pharaons  certaines occasions permettaient cette relation intime y compris avec le peuple sous une forme adaptée, évidemment)

Dès lors, dans cet espace, si la loge se réunit afin de grandir dans le champ de conscience à portée  universelle rien ne doit figurer de « figuratif ». Notre Rite fera appel à la puissance symbolique évoquée par :

  • des épures géométriques significatives,
  • des suggestions liées aux modes de perceptions du monde vivant quel que soit le règne
  • une lumière primordiale évoquant le stade des principes à la création originelle,
  • des symboles opératifs non associés à une linguistique comprise par l’homme … cela signifie qu’aucun texte dit sacré ne puisse y séjourner

Dès lors nous avons bien un Naos … un Naos si riche que de son interprétation éclot tout savoir … toute connaissance.

Pour illustrer cela, c’est avec plaisir que j’écris, pour notre Sœur Noen, ma propre vision de ce Divin Naos … vision possible pour une méditation d’apprenti.

Ainsi : au-dessus du Naos : la voûte étoilée où apparaissent les étoiles fixes … et pour le franc-maçon pas n’importe lesquelles … d’un côté (vers le Nord) « la grande ourse », la petite Ourse, Cassiopée,  de l’autre la Constellation d’Orion et son Étoile de référence « Sirius », les pléiades (vers l’Ouest)

pyramide-pleiadeAinsi, le plafond de notre loge en forme de voûte étoilée symbolise à la fois l’Universalité et la Transcendance. Le regard qui se pose sur cette voûte ne peut que nous rendre humble et admiratif à l’instar d’Albert Einstein qui disait :

 « Je crois en Dieu, qui  se révèle lui-même dans l’ordre et l’harmonie de l’univers.. Je crois que cette intelligence se manifeste à travers la nature toute entière. La base du travail scientifique consiste en la conviction que le monde est une entité ordonnée et compréhensible et non une affaire de chance ou de hasard. Quand je suis assis là à regarder le vaste et puissant océan, je peux imaginer le trésor caché au-dessous du lit de la mer …. Quand je contemple le ciel bleu au-dessus de moi, je perçois que le ciel est la limite …. Quand je promène mes yeux autour de moi, je vois la beauté et la magnificence de la Nature. La science doit apprendre à vivre en harmonie avec les magnifiques cadeaux de Dieu à l’humanité … ainsi la science est boiteuse et piètre sans la religion tandis que la religion est aveugle sans la science »

En effet l’homme du 21ième Siècle confirme les Anciens dans cette attention particulière pour la voûte céleste. Notre Ciel, les espaces interstellaires sont sources de toute existence …   ils sont la cause du monde manifesté … et leur existence même est dûe à des « planifications inimaginables » dont le (ou les) auteurs ne nous sont point accessibles. Pourtant l’observation de cette voûte céleste est source de tout savoir et de toute connaissance. Même, dressé sur nos escabeaux afin de scruter l’infini et les messages qu’il porte, les bipèdes que nous sommes prenons conscience que tout est magnifiquement ordonnancé … et que tout est réglé dans une harmonie universelle précise, fine et calibrée. C’est la « déesse » Maât, chère aux anciens égyptiens.

Ce ciel, dont les scientifiques, d’aujourd’hui, acceptent l’idée qu’il soit une linguistique de la création de notre temps cosmique … une linguistique préalable même à toute existence. Toute réalité n’est que nombres, proportions, valeurs « piliers » (ou constantes universelles), Séries mathématiques et puissance de codification hallucinante de nos mondes.  Ce ou ces codes seraient même préalables à la naissance de toute matière

  • les nombres, avons-nous dits …. Ils seraient tous sous la dépendance des nombres dits premiers … 3mn après le « Big Bang » les premiers atomes de matières apparaissent mais l’on se posera toujours la question de savoir d’où vient ce fabuleux torrent d’énergie cause de cela … les nombres premiers seraient une information au sein du rayonnement fossile … un code cosmique. Des syllabes germes d’une organisation générale de l’œuvre de création … d’eux découleraient les infinies possibilités mathématiques. Tous les nombres dans une série infinie seraient, donc, Circumpolaire-PiPHidécomposable en facteur premier … 2,3,5,7,11,13,17,19,23,29,31,37 …
  • Les séries de nombres remarquables structures la matière d’une telle façon que l’ensemble de la création se trouve dans une harmonie parfaite dans ses formes de représentation et dans ces équilibres globaux y compris dans les modes de synchronisation du vivant … Exemple : la Suite de Fibonnacci   1,1,2,3,5,8,13,21,34,55 … dont la somme des inverses a pour limite un nombre que l’on nomme Phi (1,618)
  • D’autres valeurs seront extraites de cette voûte sacrée … une valeur intégrative d’une forte opérativité : Pi (3.1416 …) mais aussi des valeurs clefs de voûtes comme les constances cosmologiques ; E (exponentielle) = 2,71828 … Constante de Plank …

Une fascination envahit tout chercheur de sens … et cela depuis Euclide, Eratosthène, Bernouilly, Euler, Guauss, Riemen, Hilberg … et plus particulièrement Euler et Rieman qui démontrèrent par deux formules l’étonnante impression que l’univers est issue d’un incroyable souffle modelant notre réalité objective … (Est affichée celle d’Euler dont le résultat pour x = 2 est PI²/6 … Elle montre le lien formel entre Nombre Premier et leur distribution avec nos nombres relatifs quotidiens et Pi !!! notre monde est bel et bien structuré par une linguistique numérique étrange )

Rieman détermine même une fonction : «  la fonction Zeta » qui selon certaines convictions établies disent : « qu’elle range, classe, ordonne les nombres premiers. Mais pas seulement. Elle est considérée, aujourd’hui comme la plus importante, dans le monde entier, comme la plus mystérieuse de toutes les formules jamais découverte par la science !!! Parce que l’Ordre qu’elle révèle au sein de nombres premiers n’est que le reflet visible d’un « encodage » invisible, qui touche les fondements ultimes de la réalité qui s’offre à nous. A quoi ressemble ce mystérieux encodage ? d’où vient ’il ? » Voilà ce que ces convictions posent comme question !!!

Il était important de formuler ce qui vient d’être écrit car nous Franc Maçon de la Terre d’Égypte, de la Terre de Kemet … nous devons porter cette « foi » dans la confrontation dynamique entre Science et ésotérisme … sachant que l’une procède de l’autre  … il n’existe pas de réalité non conçue dans le subtil … l’esprit est préalable, sans doute à la matière … matière dans laquelle il s’incarne …

Une matière génératrice d’opacité certes mais qui possède en elle toutes les ressources primitives afin que le créé rencontre le créateur …

Lever les yeux au ciel c’est aussi remarquer que cet hémisphère céleste qui nous contemple trouve sa « quadrature » dans la pyramide … nous rappelant ainsi que le monde céleste avec ses Lois et ses principes se décline par toute fonction appropriée dans le monde « d’en-bas » c’est-à-dire Terrestre … Déjà, ce « naos » nous suggère que les voies qui nous transcendent sont rationnelles, fines et précises … (méditons sur le Kybalion, la Table d’émeraude, et autres préceptes taoïste …)

Par le Fil à plomb constatons l’interdépendance de tous ces mondes que nous apprenons à pénétrer … les forces d’attraction, les forces gravitationnelles, et les grandes constantes de la création

Nos scientifiques, ont, eux aussi, conscience qu’un incompréhensible « arrangement » distribue la matière et le souffle qui l’anime selon une subtile alchimie. La réalité de notre vie est due  au bon comportement des grandes constantes fondamentales universelles associées au 4 grandes forces de la nature

  • La force de gravitation …………. ou d’irrésistible attraction comme ils disent de façon poétique
  • Les forces électromagnétiques … qui jouèrent un rôle primordial
  • L’interaction faible ……………… subtile et pure énergie des étoiles …et créatrice des composants indispensables à la vie
  • Les interactions fortes …………… à l’origine de la création du monde (Big Bang and so on)

Ils imaginèrent une cinquième force : la 5ième force mystère, la fruit de l’unification grâce à la mécanique quantique[i] et la théorie de la relativité généralisée[ii] (avec sa 5ième constante, la constante cosmologique qui s’appliquerait à 70% de l’énergie totale de l’univers[iii] !!! )… force qui a permis de mettre en lumière la possibilité de multiples dimensions et d’univers parallèles

Aujourd’hui, l’on considère que l’ensemble de ces forces sont liées entre elle dans un rapport précis que l’on appelle la constante dite de structure fine … Celle-ci est parfaitement ajustée pour permettre la vie …le corollaire est  qu’une variation si faible soit-elle (à la millionième position après la virgule) de cette constante pourrait être responsable de notre disparition définitive … puisqu’elle changerait de façon très significative les caractéristiques de notre environnement de vie …

Ainsi, de cette voûte étoilée se maintient un équilibre, sous l’action de nombreuse forces différentes mais nécessaires. Là se place la symbolique du fil à plomb …  « ou perpendiculaire » …

Il est, logiquement,  suspendu au sommet d’un arceau touchant le sol, ce qui est la représentation de l’axe cosmique, de la direction de l’activité céleste. Sa signification est liée à l ‘équilibre de toute construction ou manifestation. à l’Axe du Monde manifesté. Il est la règle vivante de toute édification, matérielle ou spirituelle, qui doit se faire en verticale avec le ciel.

Voilà un fil à plomb qui a du sens … outre le fait qu’il montre bien l’importance des forces d’attractions … il suggère par son « origine » et sa « destination » la notion « de polarité » … ainsi vue de notre planète Terre tout oscille, tout est alternance …

Les étoiles circumpolaires déterminent entre-elles un cercle magique formant le « lieu géométrique » de tous les points inscrits par l’Axis Mundi au cours du cycle complet des précessions de équinoxes (soit un cycle de 25.920 ans). Il y a 5000 ans c’est dans la constellation du Dragon que pointait notre axe Terrestre, aujourd’hui c’est l’alpha de la « Petite Ourse », dans 5420 ans ce sera Alderamin de Céphé, dans 9400 ans, le Delta du Cygne …

Les étoiles équatoriales Terrestre quant à elles déterminent un voyage au travers de Constellations remarquables. Elles sont au nombre de 12 (Zodiaque naturel) … le Bélier … le Taureau … les Gémeaux … le Cancer … le Lion … la Vierge … la Balance … le Scorpion … le Sagittaire … le Capricorne … le Verseau … les Poissons …

Cette bande Terrestre coupe l’équateur céleste en deux points dont un est désigné comme « point vernal ». Elles forment entre elles un angle de 23°26’  …

Cette situation particulière … permet une distribution de la lumière … et des saisons dans un élan propice à la création d’une infinie diversité de vie dans notre environnement … Trois marches remarquables … représentées par la hauteur du rayonnement Solaire au Solstice d’Hiver … aux équinoxes … et au Solstice d’Été …

Ainsi, pour notre Sœur Noen de l’Unité représentée par la voûte céleste avec toute sa puissance créatrice … nous venons d’aborder le 2 ou « binaire » sous ses aspects « Attraction – répulsion », « polarisation » mais aussi, sur sa déclinaison « Espace – Temps » …

Vient, ensuite, une troisième épure géométrique à laquelle seront associées d’autres caractéristiques « d’essence Divine » : le Triangle équilatéral … Trois côtés égaux, trois angles égaux de 60° … parcourant notre hémisphère 180° … (en addition divine … 3,6,9) … ici règne le royaume des triades … Trois forces d’égale influence animées d’une même énergie, d’une même radiance …   Voici un symbole universel s’il en est !!!

Dans le domaine scientifique et notamment dans le domaine de la physique sous son aspect classique 3 grandes parties : « La mécanique » (Newton), « l’électro-magnétisme » (Maxwell), la « thermodynamique » (Carnot, Joules, Clausius). Dans son aspect intégratif de nouvelles dimensions découverte au 20ième siècle : « La Mécanique Quantique » (Planck), « la bi-valence de la lumière » et la « théorie de la relativité restreinte puis généralisée » (Einstein)

Sur le plan de la philosophique fondamentale et des principes ésotériques nous allons évoquer quelques triades de références absolue dans l’esprit de être humain :

  • Dans les inspirations Orientales et notamment le Bouddhisme Tibétain et le Taoisme … les trois sources « l’Atome permanent Atmique », « l’Atome Permanent Bouddhique », « l’atome permanent Manasique »
  • Chez nos frères et Sœurs Anciens Egyptiens … « Isis », « Osiris », « Horus » et leurs attributs principiels. … 3 forces régissant les 7 énergies Planétaires et les 11 ouvertures Stellaires et leurs bipolarisations (cf. Kybalion) … Chacun notera que 22/7 est la valeur approchée de Pi (3.142857) et que l’opération 11/3/7 nous donnera une très belle approximation de la coudée sacrée (0.5238). Valeur que l’on obtient, aussi, mesurant la longueur de l’arc enveloppant un côté d’un hexagone (Pi / 6) !!!   (Cela nous rappelle quelque chose, non ?
  • Dans la science Kabbalistique de nos frères et Sœurs Hébreux … Trois lettres de leur alphabet sont considérés comme des « Lettres Mères »

« Aleph » (élément Air), « Mem » (élément Eau), « Schin » (élément Feu)

 … 7 d’entre-elles comme des atomes linguistiques polarisés ou pouvant avoir deux potentialités opératives …

Et enfin 12 Autres lettres à statut unique …

L’ensemble étant articulé en un Arbre de “Création du monde” qui, selon eux, procède par succession de Tri-naires activés par la lumière créatrice de l’univers … Cette lumière qui de proche en proche s’incarne   …  (3 fois 3) …

Le monde des émanations : « Khether (Ici & Maintenant, la Volonté Divine) – Chokhmah (la Sagesse) – Binah (l’Intelligence, les deux languages) » …

Le monde de la Création : « Chesed (l’Amour) – Geburah (la Rigueur) – Tiphéret (l’Hormonie) » …

Le monde de la Formation : « Netzah (le Victoire, la politique, la Morale, l’économie) – Hod (l’Esthétique, l’Etique)  – Yesod (Fondement et transmission) » …

  • Chez les Chrétiens : « le père», « le Fils » … et « l’Esprit Saint » …
  • Chez les Celtes : Les Trois plans ou les trois espaces « foulés » par l’âme sur le chemin de l’ascension suprême. « Keugant », le Chaos … « Albred » Lieu d’incarnation Terrestre où s’accomplissent vie et destinée, « Gwenwed » où s’établit la rencontre, la réalisation, l’éternité et la dissolution de l’espace-temps …

Mais aussi les 3 premières triades (sur 81) qui forment le socle de toute croyance Celtiques :

01 : Il y a trois Unités Primitives et il ne peut y en avoir davantage …

  • Un Dieu
  • Une Vérité
  • Une Liberté, point d’équilibre de toutes oppositions

02 : Il est trois choses émanées à leur tour des Trois Unités Primitives, ce sont :

  • La Vie
  • Le Bien (La Bonté, la Compassion)
  • La puissance (Énergie)

03 : en Dieu sont trois nécessités primordiales, qui ne peuvent se trouver complètes dans un autre être, ce sont :

  • Dieu est nécessairement le vie sous toutes ses formes et à son maximum
  • Dieu est nécessairement la connaissance à son maximum
  • Dieu est, enfin, nécessairement l’énergie (Toute Puissance) en son maximum

Sur ce plateau où le ternaire officie … remarquons la présence de trois éléments … Au centre, une bougie représentant la lumière primordiale … à la pointe Ouest, le brule parfum dans lequel brulera un encens particulier composé de 3 parties (Myrrhe ::Benjoin ::Sucre) et le long du coté reliant le Septentrion au Midi , les trois Joyaux d’un atelier maçonnique    (Règle :: Maât, Equerre ::Verticalité :: lien terre Ciel, Compas ::Mouvement, énergie, propagation)

Reprenons dans un autrement dit :

A : À la pointe Ouest : le brûle parfum et l’encens consacré

L’encens représente le souffle divin qui adombre le monde manifesté : il symbolise le monde subtil imprégnant les êtres,  il évoque les liens magiques qui nous relient à notre divinité, il purifie l’âme sur le chemin de la réalisation

B : A l’extrémité « Est » : les 3 joyaux de la loge (ou les 3 grandes lumières) représentés par 3 outils concrets et  symboliques du constructeur : le Compas, l’Equerre, la Règle

Le Compas introduit la détermination du « Temps » en tant qu’abaque de la synchronisation des actes du déroulement de l’œuvre (dont nous faisons partie) .Il est aussi le symbole de l’Esprit et de son pouvoir sur la matière; son ouverture à 45° indique que notre  matière n’est pas complètement dominée.

L’Equerre introduit la notion d’Espace, ce sera le symbole de la « Matière »

La Règle est le symbole de la Mesure d’un être, de sa capacité spirituelle et opérative … Saint Augustin disait « Tout a été fait selon une règle qui donne à chaque être un poids, une forme et une mesure »

Sans en dire plus, il existe un mode d’enlacement des joyaux qui dépend du grade dans lequel se déroulent les travaux : pour le statut d’apprentie de Noen, sur le Naos, les trois joyaux sont superposés comme suit : Compas,  Equerre, Règle, ce qui signifie qu’à ce grade la Matière domine encore l’Esprit

C : : la Lumière Éternelle, au Centre

La bougie, support du feu sacré :

– La couleur blanche : c’est l’expression de l’impulsion primordiale que je pourrais désigner comme « l’unité multiple », tant il est vrai que la couleur blanche est le résultat de la somme de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Elle représente donc « le point central ou tout est un » et illustre bien cette partie du rituel qui dit « il est une force qui ne cesse de pénétrer tout ce qui vit, et par laquelle toute lumière trouve l‘aliment qui lui est propre …. Que cette force vous élève … . » … encore nous restera t’il à parler de cette force (cela fera l’objet d’un travail sur le même thème: le Naos mais au degré de Compagnon)

–  l’on découvre parfois une bougie de couleur  verte à cette place. Elle serait synonyme de l’éveil des eaux primordiales, l’éveil de la vie, couleur assignée à Osiris. Ce choix n’est pas compatible avec la description que nous venons de faire du Naos car « Ici et maintenant » rien ne peut représenter une quelconque  forme du « monde manifesté » … ici, tout est principe et tout représente les principes actifs nécessaires à toute création future … tout doit être épure …

Descendons vers la Terre …

Le Plateau Triangulaire que nous nommerons désormais « le triangle du Naos » est placé sur le Pavé Mosaïque encadré  par 3 piliers en équerre (Equerre qui est « Pythagoricienne » car ses branches sont dans un rapport ¾ et forme un angle de 90°) : Sagesse, Force (situés sur la colonne du Midi) et Beauté (situé sur la colonne du Septentrion) Ainsi, le Naos se trouve en dessous de l’Axe Polaire, seul point fixe de la voûte étoilée, il reçoit sans aucune altération l’information pure et primordiale.

Cette succession de symboles :  voûte céleste, fil à plomb, naos, pavé mosaïque nous rappelle ce qui est très bien expliqué par Yves Combes dans son livre « La mécanique de la Pensée »,  je le cite … «  tout ce que nous percevons de l’univers peut être ramené en ultime analyse à une vibration de l’éther d’où sont issus tous les autres états apparents de la matière… les qualités de cet éther étant l’intelligence créatrice, porteuse des archétypes et de l’organisation du monde dont le véhicule témoin est la pensée avec son champ d’investigation, la conscienceElles sont des vibrations organisées plus ou moins complexes, dont l’origine remonte à cette force orientée dont nous venons de parler,, à un désir de création et dont l’aboutissement est la matière s’exprimant par un corps … il semble qu’un lien fort et ténu à la fois semble exister entre cette pensée créatrice et ce corps vivant …ce lien est pour le moins un univers physique organisé qui répond en final aux forces fondamentales de l’univers … »

Ce lien semble donc être un réseau d’information (cosmo-tellurique) et d’énergie qui régit l’esprit / la pensée/ et le corps individualisé.

Ainsi le naos nous montre comment ce dialogue-communication s’opère par la voie symbolique.

Venant du Un ou Tout, après le fil à plomb … le triangle équilatéral son activité Trinitaire  …  et :

a: Pour les hommes que nous sommes :

–      Trois corps d’aspect matière : Physique-éthérique, émotionnel, mental

–      Trois niveaux de perception (aspect émotionnel) : Inconscient, conscient, subconscient

–      Trois directions de vie : je fais, j’aime, je veux

b: Pour la construction de la matière vivante … des encapsulations de systèmes

–      Le système physique (ou réptilien) qui s’enrichit et s’agrandit du sensible et de l’émotionnel

–      Le système émotionnel (ou limbique) qui s’enrichit et s’agrandit de la pensée logique

–      Le système mental qui s’enrichit et s’agrandit de la perception spirituelle

Enfin le système spirituel qui s’enrichit et s’agrandit de la présence divine

c: Selon la conception Orientale … La monade présente en elle-même 3 orientations (croquis N°1)

–      Une orientation incarnée par un « Atome Permanent » dit Atmique (ICCHA SHAKTI) dont l’attribut est « la Volonté »

–      Une orientation incarnée par un  « Atome Permanent » dit Bouddhique (JNANA SHAKTI) dont l’attribut est « Amour – Sagesse »

–      Une orientation incarnée par un  « Atome Permanent » dit Manasique (KRYA SHAKTI) dont l’attribut est « Intelligence – Action »

 PreMatiere-YC  YC_N33_TablPeriodES

N’hésitons pas de présenter ces deux schémas … celui de droite représente la table de Mendelèv qui rassemble tous les atomes connus de notre civilisation … mais elle est représentée sous forme circulaire … juste que nous puissions constater que c’est à la troisième vague de création de la matière qu’apparaissent les atomes nécessaires à la création des briques d’acide aminés nécessaire à l’élaboration de la vie !!!

Nous constatons que la structure subtile primordiale se double en une structure subtile en l’homme par une transposition de 3 souffles en 9 centres d’énergie au travers desquels ces 3 Souffles pourront « gouverner » (« Ida – Pingala – Susumnâ »)

0 Chakra dit de la « Terre » 68,05 Hz
1 Chakra Mûlâdhâra 194,18 Hz Centre périnéal Force Originelle
2 Chakra Svâdhisthâna 210,42 Hz Centre Abdominal (hypo-gastrique) Excrétion – Reproduction
3 Chakra Manipûra 194,18 Hz Centre Ombilical (Epigastrique) Nutrition
4 Chakra Anâhata 136,10 Hz Centre du Cœur système Vasculaire
5 Chakra Visûdha 141,27 Centre du Cou Système respiratoire
6 Chakra Âjnâ 221,23 Centre du Front Moelle Allongée
7 Chakra Sahasrara 172,06 Cerveau Glande Pinéale
8 Chakra dit « cosmique » 272,20

9Chakras-YC

d: Pour la construction du Temple par / Dans l’Homme … d’autres encapsulations remarquables :

Dans la pensée Égyptienne le Temple est comme l’homme … un être vivant construit selon les mêmes articulations …

  • « Le corps Khat»

C’est l’ensemble du temple dans son enveloppe minérale … la partie biologique pour l’être humain

  • « Khaibit»

Ce sont le pylône et les cryptes du Temple … c’est l’Ombre et ses énigmes … des énigmes porteuses de connaissance … une proximité incontournable

  • « Ka»

La cour à ciel ouvert entourée d’un portique … c’est la force vitale …

« Tu ne pèris point, Ton Ka ne périt point, Tu es Ka »

  • « Ib»

Le cœur IB qui réside dans le « Wadjet » ou la salle hypostyle …

Les transmutations de la conscience …

  • « Ba»

L’oiseau dans son monde spécifique … il se déplace dans les chapelles entourant le sanctuaire … un lien constant entre les « Dieux fixes » et les « Dieux volatiles » …

  • « Ren»

Identité vibratoire … c’est la « charpente subtile de l’être » … c’est une vibration verbale particulière  et unique exprimée en ultra-sons … c’est une réalité vibratoire et certainement la signature la plus secrète de l’être

  • « Sekhem»

Image divine installée entre les quatre points du Naos … C’est aussi la puissance magique que tout être possède en lui … c’est la notion d’incarnation de la dignité, du pouvoir, du dynamisme et de l’ardeur

  • « Akh»

Le Naos lui-même … demeure du parfait silence … ou réside la complétude … c’est la radiance …

« Va afin que tu sois Akh, que tu exerces une Maîtrise en tant que Netjer et comme héritier légitime d’osiris » (Texte des Pyramides)

  • « Sabu»

Toutes les ouvertures visibles et invisibles du Temple … portes multi dimensionnelles …

Ainsi Tout est dans Tout … le Naos concentre ….

Dans notre Maçonnerie, l’on pourrait faire un parallèle avec notre acclamation UNITE – STABILITE – CONTINUITE et sur un autre plan le triangle du Naos active son effet sur nos colonnes en leur imprimant des attributs spécifiques : SAGESSE, FORCE, BEAUTE

Enfin le Naos est posé sur le Pavé Mosaïque, damier,  composé de 108 cases noires et blanches (et dont les interstices sont de couleur violette… si nous suivons la logique prise depuis le début …. La forme et la structure du pavé mosaïque (qui est un carré long) représente la TERRE, le CHANTIER, l’Espace de déploiement de l’homme … endroit particulier réceptacle des lois et des potentialités abordées ci-dessus.

tetraktysLe 4 opère une introduction la « Tétraktys » Alchimique fondamentale, celle qui donne les clefs sur la nature du monde manifesté :

  • au sommet est le PRINCIPE,
  • suit la POLARITE ou principe de Polarisation (reprise par « Jakin » et « Boaz »),
  • puis les principes alchimiques … « SEL » – « MERCURE » – « SOUFRE »,
  • les Vertus théologales … « Charité » – « Espérance » – « Foi » …
  • les Eléments : « TERRE » – « EAU » – « AIR » – « FEU »,
  • Vertus cardinales : « Prudence », « Tempérance », « Justice », «  Force » …
  • Eléments de Fondement de la Vie pour les scientifiques : « Oxygène », « Hydrogène », « Azote », « Carbone »

Au sein de ce Naos règne le pouvoir du 3 et du 4 et pour imager cela deux remarques qui fondent notre démarche de méditation maçonnique sur une vérification de la plausibilité des convictions que peuvent concevoir ou construire les Maçons de la franc-maçonnerie égyptienne. En effet une confrontation constante avec le monde scientifique est de Rigueur nous l’avons dit.

Voici alors deux faits, objectifs, qui nous permettent de mettre en relation rigueur et intuition d’une source transcendante : l’ADN une Linguistique inspirée et Une étonnante gestion de notre patrimoine énergétique

1 : L’ADN

Depuis le séquençage du génome humaine, les sciences biologiques découvrent que, pour comprendre le vivant, il ne s’agit plus de décomposer les structures d’ADN en éléments les plus intimes, mais au contraire, de le débarrasser de l’inessentiel pour saisir la part immatérielle de son chiffre (génome), l’épure dans laquelle réside sa signification. Le programme génétique devant désormais s’interpréter comme un code capable de convertir une chimie en syntaxe, une messagerie en message, des signaux en signe …le nombre embrasse le corps et le modèle … la vie étonne peu … mais la mort surprend l’homme … cc_bio_14i02zpourtant quoi de plus stupéfiant que l’animation de la matière inerte !! … que renferme ce germe … ce « comprimé d’avenir » selon Jean Rostand …

Regardons cela de plus près : La génétique repose sur la transmission d’un ensemble d’instructions composant un message chimique … ce dernier se présente sous la forme de 4 unités apparentées appelées « Nucléotides » encore « bases azotées » (comme les lettres d’un texte alphabétique) …

                   A (Adénine) T (Thymine) G (Guanine) C (Cytosine).

Par leur arrangement successif sur la chaîne ADN, ces 4 unités jouent un rôle différentiel de sorte que leur combinaison constitue une « information génétique » … un tel arrangement serait responsable de la genèse et du métabolisme des êtres vivants …

Appariés 2 à 2, l’enchaînement des binômes A-T & G-C construit une structure filamenteuse enroulée en torsade autour d’un même axe et forment une architecture en double hélice c’est la molécule d’A.D.N.

Cette double hélice, à son tour, enroulée sur elle-même, structure à plus grande échelle les chromosomes … dont l’ensemble héréditaire compose le génome …

L’information portée par l’A.D.N, dirige la synthèse des protéines (molécules d’une classe chimique différente) … celles-ci interviennent dans les réactions métaboliques et sont construites de la même façon qu’un langage alphabétique … ce langage concernerait 20 unités que l’on appelle « Acides aminés » (+ 2 générés par l’homme lui-même) … cet alignement séquentiel d’acides aminés se replie dans l’espace de telle façon que la configuration spatiale de la protéine détermine sa fonction biologique.

Sémantiquement identiques ADN et Acides aminés … Il existe des règles de réécriture permettant de passer de la syntaxe en 4 lettres à celle de 20 lettres de la protéine pour accomplir ce miracle

Les deux systèmes se trouve associé par un « Code » (Table de correspondance, les Codons) … Groupé par triplet (3) de nucléotides  … les codons préparent la séquences d’acides aminés …  (transformation univoque d’un système à l’autre)

Ce code préside au déchiffrement de l’ADN à travers un mécanisme à 2 phases : La transcription (transformation de l’ADN –ATGC- en macromolécules ou ARN –AUGC-) et la Traduction

Pour des raisons encore inconnues, l’information génétique des organismes supérieurs se trouve largement interrompue par des séquences de bases sans fonctions codantes apparentes (90% du génome humain)

Ainsi excision-épissage auront pour objet de séparer ADN sensé (Exons) et ADN inepte (Introns)

Viens, ensuite, la traduction que sera une lecture linéairement orientée faite par le « Ribosome » (il parcourt l’ADN messager en faisant correspondre les acides animés concernés)

Il y a 64 codons possibles et 20 acides aminés  (+ 2 Synthétisés)

YiKing-Leibniz-1701(Un clin d’œil est de rigueur au Yi-King, combinatoire de 8 éléments fondamentaux sur lesquels toute existence est chevillée … mais aussi aux 22 lettres de l’Alphabet hébraïque articulant toute matière et toute vie !!! )

A cela ajoutons qu’il existe des codons de terminaison et d’initiation et qu’il existe un vrai système de contrôle syntaxique opéré par les « palindromes » … tous ces mécanisme se mettent en œuvre dans le cadre d’un programme …

Un autre rapprochement devient pertinent … en effet, les biologistes montrent que l’espèce est la clef de voûte de l’évolution et que sans spéciation de cette nature, il n’y aurait sans doute pas eu de diversification du monde organique ni de rayonnement adaptatif … les linguistes reconnaissent une dimension créatrice au langage précisément parce qu’il se fonde sur une diversification des messages verbaux … comment interpréter tous ces caractères isomorphes ? Et devant un nombre si important de symétries, Roman Jakobson, se risque à formuler « le code verbal pourrait bien se révéler l’héritier lointain du code génétique, dont les fondement syntaxiques lui servent de modèle. La structure profonde de la langue dériverait d’un ancêtre lointain inscrit dans la cellule vivante » … « notre parole porte avec elle des caractéristiques inaliénables et inaltérables qui ont leur origine principale dans la partie inférieure de l’appareil phonateur, celle qui est située dans la région abdomen-diaphragme et le pharynx ( Ajna : le regard intérieur, le lien avec la transcendant … Vishuddha : le pharynx & Anahata : abdomen-diaphragme) … ainsi la phylogenèse du code vernal pourrait, à la source , se confondre avec celle du code génétique … l’un ayant modelé l’autre au gré d’une longue histoire évolutive … en réalité, la langue biochimique tiendrait lieu de protolangage … ainsi le langage aurait créé l’homme, plutôt que l’homme, le langage … et en un sens on découvre dans le code génétique la trace d’un message primordial antérieure à toute conscience humaine …

2 : La gestion du patrimoine énergétique

Une loi régirait toute la biologie. En effet que ce soit pour une cellule, pour une plante, pour un animal ou un homme, (de la pâquerette au baobab et de la souris à l’éléphant)  paquerette---gros-planune même relation gouvernerait le taux métabolique de tout être animé (Le taux métabolique est l’énergie consommé par l’organisme par unité de temps) … loi bien établie empiriquement mais qui n’avait pas encore été démontrée. 3 américains[iv] semblent avoir réussis la performance de la démontrer théoriquement. E = tM3/4  (E est l’énergie, M est la masse en Kg, t est le Temps)

Une simplicité universelle systématique dans un monde complexe de système complexe

Pourquoi un rapport ¾ au lieu d’un rapport 2/3 … Voici l’explication : l’échange de matière ou de calories au sein des organismes se fait à travers une surface (donc 2 dimensions) pour alimenter un volume (donc 3 dimensions) …

Donnons un exemple, l’oxygène est transmise dans le sang à travers la surface d’échange que constitue les alvéoles pulmonaires … donc cela devrait donner lieu à une relation en 2/3 … mais non le taux métabolique n’obéit qu’à une puissance « Quadratique » … de même que l’espérance de vie, le rythme cardiaque, la section des artères, celles des troncs d’arbres, les tiges des plantes … qui sont liés à la masse par une loi allométrique[v] où l’exposant est un multiple de ¼ …

La démonstration de la formule par l’utilisation de la géométrie fractale … une géométrie que permet de prendre en compte une structure en réseau d’un organisme à « n » dimension et à le lier à un taux métabolique associé à la masse avec un exposant « n / (N+1) »

Pour finir … Sous le Pavé Mosaïque les plans des créatures que nous sommes pour l’accès ou notre restauration au plan Divin …

Enfin  … nos trois colonnettes « Sagesse », « Force », « Beauté » … déterminent la limite entre le Naos et notre espace sacré de travail … lequel devra être éclairé par la présence muette de ce point central de concentration … source intemporelle et subtile rafraichissant tout véritable, authentique et opiniâtre chercheur

Enfin avant de passer à son activation, abordons une situation qui mérite position. Parfois, dans les loges Égyptiennes, est posé sur le « triangle du Naos » le livre dit de la « loi sacrée ». Je persiste à dire (et je signe) que cela est une erreur foncière. Dans cet espace, le plan Divin ne peut qu’être représenté que par des épures symboliques à portée universelle d’autant que celles qui ont été choisies désignent un niveau de subtilité qu’aucune représentation humaine ne peut rendre compte.

Dès lors la présence de la Bible comme tout autre livre se référant à une façon particulière de designer la référence sacrée est à proscrire drastiquement afin que chacun retrouve un dialogue direct via le Naos avec la divinité qu’il porte en soi …

Par contre il devient tout à fait légitime qu’une loge choisisse un livre sacré qui rende bien compte de la volonté partagée par l’atelier de se référer à tel ou tel souffle initiatique. Afin de rendre possible cette « dichotomie » spirituelle il suffit de dresser soit attenant au Naos ou à côté du plateau du Vénérable Maitre « un autel des serments » ou « autel du Naos » quadrangulaire (puisque nous sommes dans un monde Spatio-Temporel d’incarnation) judicieusement construit afin que les serments s’appuient sur des concepts partagés par tous …

Ainsi pourrions-nous voir sur cet autel « la bible ouvert au prologue de Saint Jean », le livre « de la sortie au jour des anciens égyptiens au chapitre des respirations », les « Védas sacrées » ouvert de façon aléatoire, une page blanche, mais aussi le « Saint Coran à la sourate 78 » …

ACTIVATION DU NAOS

 Dans notre rite, l’expert, comme le GRAND DES VOYANTS du système sacerdotal Égyptien, pénètre seul dans le temple désert vérifie le bon ordonnancement  puis allume la Lumière Primordiale, celle qui a permis la construction du monde manifesté, sur l’autel du NAOS et le charbon pour le brûle parfum.

L’ouverture du rite commence par le coup de maillet du Vénérable Maître (dans certains rituels le coup de maillet du Vénérable Maître est répétés successivement par le 1er et 2nd surveillants). La vibration première suivie des 2 suivantes (quand cela est le cas) sont, pour moi comparables aux « mantras » dans lesquels la répétition à l’identique permet de fusionner avec la première impulsion. « Le salut à tous les points du triangle », donc, associant à la fois la vibration et la lumière  nous  invite  à quitter notre monde terrestre  pour nous mettre en contact physique avec l’unité primordiale.

Notre rituel  continue sous forme de dialogue permettant d’installer la loge dans un espace sacré avec toutes les précautions prises sur les qualités requises … cela fait et le recueillement établi … les actes préalables à la méditation et aux contacts mystiques peuvent être mis en œuvre.

« Maçon de la vielle Égypte, nous venons, ici, même, en la terre de Memphis, ériger des autels à la vertu et creuser des tombeaux pour les vices … mais selon l’antique usage, nous devons y apporter la lumière … »

Le Maçon devient un porteur de lumière par le biais du rituel qui va le relier à son espace subtil et profond,  sans doute inspiré par sa conscience, laquelle est reliée au principe des principes …

Selon un schéma ascendant … la lumière en provenance du Naos va s’étendre sur le monde manifesté représenté par le Vénérable et les deux surveillants, tous les trois symboles de l’autorité temporelle, et tous les trois passeurs de connaissance.

Cela fait, le Vénérable Maître, en possession de son boutefeu allumé à la flamme éternelle, descend de l’Orient, Orient qui est gardé par l’Expert, debout et à son Ordre … procède à l’activation du Naos

D’abord par la voie Olfactive ….

«  Que ce parfum de suave odeur  apaise nos âmes, atténues nos passions et qu’il nous rende fraternel les uns pour les autres en élevant nos esprit et nos cœurs … »

L’encens  qui monte en spirale vers la voûte céleste établit un lien avec le plan spirituel,  transforme le temps en non-temps, en prière, élève notre âme vers l’énergie cosmique nous associant, ainsi, au fini et à l’infini, au mortel et à l’immortel, à la divinité : car l’homme comme l’encens doit se consumer, c’est-à-dire faire mourir en lui son égo pour s ‘élever vers le divin.

Sur le sol,  entourant le pavé mosaïque (ou carré long), 3 colonnes représentant les trois premiers Ordres d’Architecture (Dorique, Ionique, Corinthien)  relient le ciel à la terre démontrant ainsi l’activité divine descendante, révélant le chemin de la lumière et le sens d’une œuvre qui débute par le haut. Ces 3 colonnes sont donc synonymes d’élévation dont le pôle est l‘objet de toutes les recherches de l‘être conscient.

A ce stade le Vénérable exécute une invocation qui commence ainsi.. « Architecte Suprême de tous les mondes ! Père de toutes choses … » et termine par « l’homme qui t’appartient peut partager ta sainteté et ta lumière, ainsi que tu lui en a donné le pouvoir » …

Ainsi, face au Naos, l’homme devient prêtre … dès lors il peut faire les appels au trois forces principielles, fondement de l’action envers toutes choses … « SAGESSE », « FORCE »,  & « BEAUTE »

 « Toi qui a dit « J’ai créé toutes les formes avec ma parole, alors qu’il n’y avait encore ni Ciel, ni Terre

Reçois en cet instant nos hommages, Éclaire nos travaux et dissipe les ténèbres qui voilent ta vérité, afin que se révèlent à nous les Plans Parfaits de ta sagesse Éternelle gouvernant tous les Mondes ».

C’est en ces termes que le Vénérable Maître, en arrêt  devant le  premier pilier Sagesse, s’adresse au Grand Architecte de l’Univers. Il nous invite à nous rappeler que celui-ci contient la conception de l’œuvre qui donne  naissance au plan  permettant la construction.

«  Salut à Toi, Seigneur de éternité dont les noms sont multiples et les formes mystérieuses. Soutiens ce Temple par ta Force, connue des seuls enfants de la Lumière. »

Le deuxième pilier Force est  indispensable pour élever le plan et bâtir l’œuvre à la gloire du Grand Architecte de l’Univers

« Isis qui sait rassembler la parole sacrée, la maintenir en son ordre et la communiquer aux Initiés, Toi qui les habitues à persister dans les Saintes Pratiques, dont la fin est d’obtenir la connaissance de l’Etre Premier et Souverain, accessible à la seule intelligence, les enfants de l’Art Royal saluent ta Beauté Ineffable. »

Le troisième pilier Beauté  (ou Harmonie) correspond à la plénitude de l’œuvre achevée

L’environnement décrit par les premiers symboles (l’encens, les forces initiales) étant devenu actif les « arcanes de la gnose » peuvent s’animer.    Le Vénérable Maître va procéder à leur imbrication qui sera spécifique au grade des travaux « Ici sont les Arcanes de la Gnose; que ceux qui ont des oreilles entendent, que leurs yeux voient et que leur âme comprenne »

Le Vénérable Maître dispose, alors, sur l’autel du Naos les 3 joyaux de la loge : le Compas, l’Equerre et la Règle (dans cet ordre). Pour symboliques  qu’ils apparaissent ces joyaux sont opératifs …

Le Compas  sert à tracer le cercle.

Les branches peuvent s’écarter à volonté, il est   un instrument de mesures.

Il  lie le point et la circonférence, la cause et ses effets,  le moi intérieur et le non moi, le monde qui nous entoure et dont chacun de nous est un centre.

Par ses pointes il indique son emprise sur la matière (l’ouverture à 90 degrés qui réalise intégralement l‘équilibre entre les 2 forces, le compas devient  alors équerre juste).

Il évoque le ciel et le rapport au temps

Placé sur le cœur du récipiendaire siège de la conscience, lors de l’initiation au 1er degré, il  lui rappelle que désormais ses pensées et ses actions doivent être réglées d’après ce symbole d’exactitude.

Gédalge en  a donné une très belle définition  «  le cercle centré par le point est la première figure  qu’on peut tracer à l’aide d’un compas, elle est l‘emblème solaire par excellence; Elle combine le cercle (infini) avec le point (symbole de toute manifestation); L‘absolu et le relatif se trouvent donc représentés par l‘action du compas, qui lui-même offre la figure de la dualité (branches) et de l‘union (tête de compas).

L’équerre sert à tracer le carré;

Elle trace le plan et y inscrit les proportions dynamiques. Elle introduit la notion d’angle, indispensable pour croiser les plans, relier le haut et le bas. Avec elle, le maître d’œuvre organise l’espace sacré, oriente la construction, lui donne ses dimensions et ses axes;

Utiliser l‘équerre revient à inscrire dans le plan les lois de l’organisation.

L’équerre évoque la terre (carré), et  introduit la notion d’espace;

Le Compas et l’équerre réunis sont synonymes de bon ordre,  l’harmonie complémentaire des influences célestes et terrestres.

Par rapport au compas et à l’équerre qui en traçant des cercles et des carrés évoquent les valeurs symboliques du ciel et de la terre, la règle apparaît comme l’instrument médiateur qui donne à l’homme la possibilité de réconcilier les extrêmes : le positif et le négatif, le yin et le Yang, le soufre et le mercure, l’abstrait  et le concret.

Elle est l’instrument unique qui permet de tracer toutes les droites : son caractère unique est associé à ses 2 extrémités qui établissent un lien entre le pouvoir Royal et le monde des hommes, entre le céleste et le terrestre, entre le compas et l’équerre

Elle est à la fois instrument de traçage (droite, permettant de rejoindre 2 points) et de mesure grâce à ses 24 divisions, (et notamment l’écartement des branches du compas). Le nombre Vingt-quatre correspond au cycle quotidien de la terre autour du soleil : cycle de la manifestation de l’activité céleste

Elle indique une direction morale, la quête d’un idéal supérieur.

L’écartement des branches du compas mesurent les limites concrètes de notre champ d’action, les moyens qui nous sont donnés.

La règle contrôle le travail de l’équerre pour s’assurer que toutes les arrêtes de la pierre cubique sont droites et proportionnées  et que toutes les pierres sont bien alignées entre elles;

Comme elle représente une loi morale et une façon de se conduire, elle permet au cours du Rituel de coordonner les fonctions de chaque officier de la Loge

Elle est donc l’outil  qui rectifie, coordonne et dirige l’action des autres outils.

Elle est outil,  pour le maçon l’aidant ainsi à se construire en  indiquant la voie à suivre pour atteindre son perfectionnement intérieur et participer  à la construction du Grand Edifice Collectif.

A ce point les travaux peuvent être déclarés ouverts car les champs de conscience sont actifs, la relation au divin est « sous tension » : la voie de l’impossible est ouverte, la force subtile est assurée de trouver résonance,  le germe de la connaissance peut être accueilli …

Marquons maintenant le pas avant de progresser et rappelons-nous les 4 grands Mobiles de l’Initié

OSER – VOULOIR – SAVOIR – SE TAIRE

Sphynx-03

Gérard Baudou-Platon,

Patriarche Grand Conservateur du Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm, Tau Synésios de Cyrène, Magnus Professus Eques a Virtus Fideïs, Bouddhiste Tibetain

 

*****************

Autres Sources: “le code secret de l’univers” de Igor et Grichka Bogdanov

*****************

[i] Définition de la mécanique quantique

[ii] Commentaire sur la théorie de la relativité généralisée

[iii] Masse manquante … structure de trame … etc

[iv] Les 3 américains : Taux métabolique : … Georges West (Physicien des particules), James Brown (écologue) & Brian Enquist (Prof d’université)

[v] Allométrique : équation qui fait intervenir une grandeur caractéristique de l’organisme, comme la masse, et la puissance « n » , ainsi qu’une variable ou une constante etc..

 

 

 

À propos de Gérard Baudou-Platon

Gérard Baudou-Platon Président du Souverain Sanctuaire Khorshed de l'Ordre Initiatique Ancien et Primitif de Memphis Misraïm Président du Centre d’étude sur les Civilisations Anciennes et Traditionnelles Sur le plan Profane: Ancien fonctionnaire de l'Administration des Postes, Télécommunications et de l'Espace (Administration Centrale) Ancien Chef de Service au GIE Caisse des Dépôts et Consignations et de la Caisse d’épargne de l’écureuil Ex Président de l'Association l'Albatros (Service aux personnes handicapées) Mes axes de compétences: Les Systèmes d'Information, l’Organisation des Entreprises , le Télétravail
Ce contenu a été publié dans Rite Ancien Primitif Memphis Misraïm Voie Eveil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *