Faire cela ou abandonner notre monde au vautour

Faire cela ou abandonner notre monde au vautour …

Et voici que revient la litanie[1] des événements générés par une histoire qui nous raconte notre laxisme, notre incapacité à imposer ce que nous sommes devenus après des centaines et des centaines d’années de vie dans la douleur mais la joie, aussi. Une nation, un peuple se construit lentement et les êtres qui le composent sont comme les cailloux d’un torrent qui se façonnent, s’ajustent, se polissent pour former un pays. La France, par exemple oui, la France mais, aussi, l’Europe l’Afrique dans ses multiples facettes ainsi que toutes les régions qui paysagent le monde. Après la fin du 19ième siècle et cet horrible 20ième siècle qui ont vu les pires exactions que puisse faire l’homme … l’homme dit civilisé … sans oublier cet Homme qui, se croyant le plus élaboré de la création, fut en proie, déjà, à de folies meurtrières, et qui, par ses actes, éradiqua combien d’autochtones. Ces derniers avaient, pourtant, bâti leur culture sur un rapport sain et intense avec la nature.

Oui voilà notre peuple, dont les inventions et des philosophies tracèrent, inspirèrent des voies pour une vision du monde plus harmonique. Un génie humain qui donna lieu à une charte … celle des droits de l’homme, des droits du vivant, des droits de la nature. Force est de constater qu’elles furent le fruit d’hommes et de femmes exceptionnels car les « maîtres » d’aujourd’hui semblent être tombés dans une profonde amnésie, dotés d’une cécité consternante, animés, de surcroit, d’une lâcheté insoupçonnée. Nous voici guidés par des êtres hors-sol, incapables de saisir la « réalité », se noyant dans des « diarrhées » verbales, et ce qui est plus grave, qui ne semblent plus avoir conscience de l’héritage reçu ni de la constance dont il est nécessaire de faire preuve pour que ce patrimoine soit conservé, développé et rendu, encore, plus utile au monde. Par l’incompétence des « Maîtres » de notre temps, de l’argent, des espaces de vie, le peuple souffre et nos « trouvailles » pour la construction d’un monde meilleur ne deviennent qu’un souvenir dont nos dirigeants ne savent qu’évoquer les vertus … comme des perroquets dans d’excellents discours mais de portée opérative nulle car incapables de transformer l’acquis en source de créativité. Le peuple, crie famine !!! Dans tous les sens du terme : Faim alimentaire, faim de liberté de création, faim d’espoir, faim d’amour, faim de santé et de partages entre chacun d’entre nous mais, aussi, entre les communautés d’esprit, de croyances, et enfin d’actions, faim de travail, faim d’équité entre les citoyens … Pour ce peuple, comment faire savoir son malaise : marche blanche, revendications, protestations … chaque fois écoutées mais pas entendues quand l’état régalien n’utilise pas la violence !!! … une violence que certain qualifie de régulière ou légitime, alors qu’aucune violence à cet égard n’est justifiable. La répression aveugle n’est jamais requise dans un pays qui prétend à la démocratie.

Une  nouvelle conscience nait, dans ce contexte, dans ce brouhaha où incohérence, incompétence et courte vue règnent … Les « jeunes vieux », déjà, ne pouvant plus penser l’avenir se raccrochent à des paradigmes anciens. Lesquels s’écroulent, se fissurent. Ce qui soudait notre peuple se dilue. Dans le tréfonds de notre âme de nouvelles forces de cohésion germent, naissent, se dessinent, se structurent, enfin, encore hésitantes et fragiles.

Voilà, sans doute, l’occasion pour celles et ceux qui savent distinguer les sources des véritables aspirations et transformations, de saisir l’heure où doivent être repris les trésors de sagesse  que nous avons eu en héritage grâce à la pugnacité et le caractère trempés de nos anciens qui construisirent les piliers d’une humanité nouvelle. Cette connaissance, cette « substantifique moelle » nous fut transmise par des êtres dont la dimension exceptionnelle, par leur intelligence (honneur de notre qualité d’Homme) et par leur courage car il en fallait pour faire face et pour affronter des formes de pouvoir dont l’infaillibilité (auto-proclamée) était posée de-facto quand elles n’étaient pas déclarées de droit divin.   Il faut construire … oui … sans relâche sans compromission la « truelle » d’une main mais l’« épée » de l’autre. L’épée des « samouraï », pas celle qui est une arme contendante mais celle de la raison, celle de la volonté sans faille. L’attachement à des valeurs quelles qu’elles soient implique et requiert: sacrifice, rigueur, jamais de compromission.

Qu’on le veuille ou non c’est la vie qui dicte sa loi et l’homme, comme tout le vivant y est assujetti. L’Environnement produit son propre écosystème que cela nous plaise ou non. Le cosmos impose ses réglages à toutes formes d’existence. Il produit la diversité matérielle que les univers qui présidèrent à sa naissance lui a doté. Aussi éveillés que nous pourrions être nous sommes asservis à ses paramètres. La nature transcende toute croyance, toute philosophie, toute science puisqu’elles en sont l’objet même de cette Nature … Et nos gesticulations en matière de recherche ne sont qu’une modeste tentative de découvrir, de comprendre et de donner sens …

L’homme s’il veut continuer à être vivant, sur ce rocher émergeant dans une mer cosmique sans cesse en transformation, en constante mutation, n’a plus le choix : la soumission ou sa fin … La soumission est pourtant simple à définir :

  • être en résonnance avec la nature et ne pas penser vouloir la dominer, l’utiliser certes, mais, ne pas vouloir la soumettre,
  • s’attacher à définir des valeurs universelles et à les appliquer drastiquement
  • Ecouter ce que la raison prescrit car elle permet une compréhension commune et permet de mettre à jour une sagesse fondatrice ainsi qu’une fraternité profonde, ADN de notre existence.

Dès lors,

  • Aucune religion ne peut prétendre à décrire la réalité du monde même dans ses formes les plus subtiles. Au mieux peuvent-elles approcher de façon asymptotique la nature de certains aspects de celle-ci.
  • Aucun mode de gouvernance de l’espace temporel ne peut prétendre à devenir un modèle universel[2]. Les hommes et les femmes que nous sommes devons apprendre et réussir à admettre la diversité, à la promouvoir même afin que la différence nous instruise et nous comble du bonheur de la découverte.
  • Aucune prescription ne peut être force de loi applicable à tous. Toute prescription est locale, limitée dans le temps et dans l’espace et doit être adaptée en temps réel par une attention impliquant tous les ressorts de la vie, les plus matériels comme les plus spirituels

Notre planète, comme toutes les autres qui abritent le vivant et des formes multiples de vie, définit des règles locales, des environnements adaptés à ces règles à charge pour le vivant de trouver les subtiles équilibres de survie. L’important est la conservation des espèces, si cela est possibles (y compris la nôtre) ou, pour le moins l’aptitude à s’adapter au contexte en changeant les dites règles. C’est ainsi que les changements climatiques sont des phénomènes naturels auxquels le vivant doit faire face. Le drame surgit quand une espèce pense ne pas y être soumis et s’arroge de droit d’en jouir à sa guise et même de concevoir qu’elle puisse, elle-même, y plaquer sa propre conception des mécanismes d’existence. La main de l’homme et sa pression compulsive accélère les phénomènes et par une systèmie immaitrisable pour elle, elle transmute le Paradis qu’est notre Terre-Mère (il suffit de regarder) en un enfer terrible pour les plus démunis.

Pourtant voici que cette source unique de toute réalité est devenue multiple, chacun d’entre nous en est une facette unique. Chaque élément de ce multiple devrait avoir conscience que cette unité ne s’est pas diluée dans une partie mais qu’au contraire cette unité vit dans chaque élément de sa multiplicité.

Chaque être vivant est porteur de lumière mais sans conscience il porte, en lui sa part d’ombre très souvent funeste …

Ainsi croyance, mode de gouvernance profane doivent instaurer de façon drastique : des valeurs incontournables, des piliers indestructibles sources de forces et de détermination ; enfin, des obligations incontournables ainsi que des répliques sans faille à tout refus de s’y conformer. Un manque de fermeté dans la mise en œuvre de ces valeurs implique une facture lourde pour l’humanité toute entière.

Voici trois points d’encrage que devrait décliner toute société dans son désir de devenir un centre de plénitude humaine :

Le RESPECT  quelles que soient nos origines, notre couleur de peau, nos croyances, notre culture, nos désirs, notre excellence, nous ne sommes point égaux, nous sommes tous complémentaires et essentiels pour éclairer la « vérité » qui nous articule. Nous donnons forme, continuité, stabilité à cette force que nous nommons « Vie » et qui donne « contenant et contenu » à tout ce qui a été, est et sera. Ne point imposer fermement le respect est : donner une arme létale aux êtres immatures et incultes. Dès lors il ne faut  plus nous plaindre !!! Admettons, en conscience, que nous avons fait « ce cadeau » par notre vue de peu de profondeur … alors, des êtres de peu de foi, en usent …

Prenons garde à ce que nous énonçons : « Liberté !!!, Fraternité !!! » car les mots obligent et le respect de ce qui est énoncé contraint nos actes … sinon naissent le mensonge et la cupidité … du mensonge et la cupidité nait la violence par celles et ceux qui sont trompés

La LIBERTE D’EXPRESSION. Celle-ci, par l’information qu’elle véhicule irrigue notre mental, nos sentiments, nos émotions. Elle nourrit notre corps et notre âme. Cette information se charge de sens et donne prétexte à notre action et qu’on le veuille (ou pas), elle s’impose en justifiant nos actes, dès lors la liberté d’expression est, aussi, une psychanalyse consciente de ce que nous sommes et des situations que l’on génère. Ainsi, la liberté d’expression sous toute ses formes éclaire nos actes, renforce ou infléchit nos déterminations car tout est point de vue, tout est relatif, Chaque « configuration humaine » participe de la réalité profonde qui nous est sensible ou non-sensible. La Liberté d’expression est connaissance car elle est le miroir de tous … elle permet l’expression de tout ce que l’on pourrait juger mais jamais refuser de regarder en face.

L’ERADICATION DE L’IGNORANCE, Savoir n’est pas connaître, mais la connaissance surgit souvent d’un nécessaire savoir. Nulle évolution humaine n’est possible sans cela. Tout est système, tout est sous l’influence d’une dynamique dont il est important qu’elle devienne « conscience » en chacun d’entre nous. Ne point permettre aux êtres de notre Planète d’acquérir cette conscience engage et entretient un espace conflictuel, inharmonique et lâchons le mot infernal. La violence est le prix de l’ignorance et rappelons-nous qu’il ne doit exister aucune violence légitime. Car, il est bon de le souligner encore et encore, toute chose appelle, en retour, une réaction à son image.

Le Respect, la Liberté d’expression, la Lutte contre l’ignorance, voilà pour nous « humains » et pour les « Francs-maçons » de surcroît, les éléments qui doivent baigner nos actions dans la justesse de leur déploiement.

Le Respect inspire la reconnaissance, sans condition, de la différence, mais, l’obligation, aussi, qu’elle sous-tend d’accepter des limites liées à la nécessité de faire que la territorialité de chacun ne puisse pas être violée.

La Liberté d’expression, permet par un écoulement sémantique libre, par une rhétorique souhaitée, par des logiques variées et enrichissantes de construire un monde partageable car canalisé par le respect …

La Lutte contre l’ignorance, c’est ce qui rend possible l’adaptation de l’homme en lien avec le monde qui nous entoure qu’il soit physique, métaphysique ou spirituel.

Ainsi quel que soit le pays, la façon dont il est géré. Quels que soient les groupements humains, leurs origines et leurs croyances. Quels que soient leurs modèles socio-économiques choisis pour la gestion de leur existence temporelle, il est possible, il est urgent, il est indispensable qu’une injonction deviennent évidente pour les dirigeants de ce pays : « Toutes les valeurs présentées ci-dessus sont non négociables ».

Il a été dit « la peur doit changer de camp » ? Voilà, encore et encore des fanfaronnades inutiles car la peur est déjà dans tous les camps, la faute en est de gouvernants successifs inaptes, ineptes, inefficaces, et non inspirés.

Le Respect doit être exigible partout, la liberté d’expression imposée partout et la lutte contre l’ignorance doit devenir une cause nationale. Ces trois fondements sont, pour moi, les bases indispensables à la production d’une humanité, enfin sortie de sa grossièreté pure.  Certains écriront sortie de l’animalité. Je me garde de cette image, injuste, car les animaux ne pratiquent pas le carnage  que les humains dit « en haut de la pyramide » se chargent de mettre allègrement en œuvre.

C’est dans ce contexte que la mémoire de deux personnages me vient à l’esprit en plus de tous ceux dont la vie leur fût enlevée par des fanatiques robotisés par des égrégores construits par des êtres dont le projet relève d’une aspiration douteuse. L’un et l’autre est archétype de mes propos : Notre frère, le Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame et le Professeur Samuel Paty.

 

Frère, Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame 1973 –  24/03/2018

Respect

Professeur Samuel Paty

1973 – 16/10/2020

Respect

Le premier représentant la force et le courage de poser des règles et de les faire appliquer rassemblant en un seul geste la plus haute philosophie et la fraternité par le respect d’un Ordre établi clairement dans son esprit (celui de la fidélité, de la générosité et du sacrifice). Le second représentant la nécessaire éducation dont doit faire l’objet tout enfant de notre société pour construire des adultes inspirés et imprégnés des valeurs ci-dessus exposées : le professeur Paty représente la plus haute conscience car elle touche l’être en devenir, l’attention à l’autre et la délicatesse.

Par leurs actes ils représentent le meilleur de nous-même et ils soulignent en contre-point notre inconséquence, notre inconsistance et notre lâcheté au regard de ce que nous aurions dû faire ou imposer à notre société.

Mon propos s’arrêtera là, volontairement, car pour comprendre ce qui s’est passé, il nous faudrait retracer notre histoire depuis la moitié du 19ième siècle, analyser nos comportements vis-à-vis des peuples que nous côtoyons ou que nous avons côtoyé[3], déterminer le sens de notre soi-disant évolution qu’à bas mot nous qualifions de « supérieure », évaluer les ressorts de ce nous considérons comme le point d’orgue de toute civilisation humaine (la mondialisation de tout ce que nous considérons faire partie de nos vies), méditer sur notre rapport à la nature … Malgré les immenses progrès que nous ayons pu faire dans le domaine scientifique, dans les sciences de la nature et en médecine, il sera facile de constater les valeurs foncières qui auraient pu servir notre humanité en toutes ses parties et qui auront été sacrifiées sur l’autel de l’égoïsme et la satisfaction d’un service, exclusif, à soi[4].

Est, dès lors, venu le temps de se réveiller, de poser le sac à dos sur le chemin de l’évolution présumé et de ré-axer notre humanité sur des principes utiles à la vie en commun sur notre Terre d’emprunt, momentanée,  au service de son histoire et au service de ceux qui y vivent (Service à autrui).

Faire cela ou abandonner notre monde au vautour

 Gérard Baudou-Platon

Document Pdf >>>

 

Petit rappel utile, dérangeant, à l’analyse …

 

  1 : Chronologie (pour la France, quelques points de repère)

1750-1790

Année Evènements 
1793 Première République … « Régicide » et exécution des Girondins … et prédominance des Jacobins …

Exécutions en masse ordonnés par les tribunaux dits Révolutionnaires

Sans oublier les guerres de Vendée 1793-1796 … avec ses génocides perpétrés par les idéaux républicains, notamment les fameuses « virée de galerne » et les « colonnes infernales » …

1795-1799 Le Directoire
1799-1804 Le Consulat et les premières velléités d’annexions et de conquêtes
1804-1814 Premier Empire. Impérialisme et conquêtes Napoléoniennes de Paris à Moscou
1815-1848 Restauration de Louis XVIII sous forme de Monarchie Constitutionnelle, les 100 jours, et 2ième Restauration, avec la Monarchie de Juillet (Louis Philippe 1ier )

1830 Prise d’Alger

1848-1851 2ième République inaugurée par Louis Napoléon Bonaparte (20/12/1848-02/12/1852) …
1851-1870 2ième Empire … France-Grande Bretagne-Turquie contre la Russie 1854 / Guerre de Crimée 1854
1870 Début de la 3ième République … Adolphe Thiers (31/08/1871-24/05/1873) …
1870-1871 Guerre perdue contre l’Allemagne … Fin du Second Empire …

1871 les Versaillais entrent dans Paris

1881 La Tunisie devient protectorat Français
1883 Le Tonkin et la Cochinchine  sont sous le protectorat Français
1911 Le Maroc sous protectorat Français
1914-1918 1iere Guerre Mondiale … Traité de Versailles 1918
1939-1945 2ième Guerre Mondiale  (Capitulation Allemande : 08-09/05/1945
1945 4ième République … Vincent Auriol (16/01/1947-15/01/1954)
1954 Fin de la Guerre d’Indochine … défaite de Dien Bien Phu
1958 Insurrection Algérienne …

Proclamation de la 5ième République … Charles De gaule (08/01/1959-28/04/1969)

1962 Fin de l’Algérie Française
1990 Participation de la France à la Guerre du Golfe

 

2 les Folies Humaines

Année Evènements Conséquences Humaines (Morts) en Million (.106)
1998-2003 2ième Guerre du Congo 5,4.106
1994 (les 100 jours) Génocide du Rwanda (Tutsi) 1,00.106
1964-1968 Vietnam (USA) + Napalm 1,5.106
1949-1954 Vietnam, Cambodge, Laos (Protectorat Français) + Agent orange, arme chimique
1939-1945 2ième Guerre Mondiale 72.106
1917-1921 Guerre de Russie 9.106
1915-1923 Génocide des Arméniens inspiré par « les Jeunes-Turc » de l’Empire Ottoman 1,6.106
1914-1918 1ière Guerre Mondiale 65.106
1862-1877 La révolte des Dousganes en Chine  ou Guerre des minorités Hui ou Révolte musulmane 12.106
1851-1864

 

La révolte de Taï Ping 30.106
Total 191,50.106
En 150 ans La moitié de la population Européenne d’aujourd’hui !!!
  De quoi méditer sur la nature humaine et sur la nécessité pour l’homme de dire non à la violence. La nécessité, aussi, de mettre en œuvre le champ brillant de la conscience humaine qui gît dans l’âme humaine car pour l’heure l’homme est à l’œuvre pour la 6ème extinction de masse des espèces de notre planète (Il est, donc, artisan de sa propre extinction … A bon entendeur… ) …

Ajoutons

L’homme devient artisan de la 6ième extinction de masse, se mettant, par irresponsabilité dans l’état de s’autodétruire car « dynamique des systèmes » oblige notre interdépendance avec notre environnement n’est pas une fable.

Cette 6ième extinction vient après celle de l’Ordovicien (il y a 445.106 ans), puis celle du Dévonien (il y a 374.106 ans), celle située à la limite Permien-Trias (il y a 251.106 ans), celle située à la limite du Trias-Jurassique (il y a 200.106 ans), celle à la limite du Crétacé-Tertiaire (il y a 65.106 ans).

La sixième a lieu, en ce moment et s’accélère de façon quasi « exponentielle ». La mégafaune  est en cours d’extinction (Eléphants, Rhinocéros, Ours même les Cétacés sont touchés).

515 espèces terrestres de vertébrés ainsi que 237.000 populations qui la composent ont été éliminées. Pour ce qui reste leur densité a diminué de 30%.

Tous ces effets sont liés à la destruction, par l’homme, des milieux sauvages … dès lors, si rien n’est fait d’ici les 20 prochaines années plus d’un million (.106) d’espèces disparaîtront, encore !!!

L’un étant lié l’autre le vivant et les changements climatiques sont au rendez-vous … pour l’homme, il sera temps de prendre conscience de ce que « RESPECT », LIBERTE D’EXPRESSION, LUTTE CONTRE L’IGNORANCE » veulent dire.

Enfin profitons pour faire un point sur un état des lieux … paroles sont à Aurelien Barrau

 

 


[1] Il suffit de faire « un switch on » sur notre télévision pour être édifié … puis d’écouter la chaine ininterrompue d’experts en tout genre expliquer tout … et même le contraire de tout … la Covid, le Terrorisme, le changement Climatique, l’environnement, l’état incroyable des hôpitaux, de l’éducation nationale, la pauvreté croissante des débats politiques, les disfonctionnement de l’Ordre républicain, l’empilement des droits et des directives qui sclérosent toute créativité quand il ne faut pas soutenir les banques et leurs officines associées … Tout cela est connu depuis les années 85-95 (sauf la Covid19 quoique les manipulations génétiques, comme les risques chimiques étaient à l’ordre du jour !!!)  … la liste pourrait être longue mais le florilège est édifiant)

[2] Cessons en quelque sorte de brandir la laïcité comme le seul modèle valide. Si le concept est excellent, aujourd’hui, peu d’entre nous savent ce que ce mot recouvre !!!  … s’il fallait donner une voie, ce serait celle de la démocratie. Ce qui est bon, c’est ce que le peuple souhaite pour lui-même et par lui-même … dès lors, toutes les formes de gouvernance sont respectables sous certaines conditions naturellement !!! … la République, pourquoi pas mais rappelons-nous qu’il y en a de multiples formes (et pas forcément des plus humaines); la Royauté aussi est respectable, les Monarchies Constitutionnelles, aussi … des régimes de fermeté sont parfois nécessaires !!! Arrêtons de vouloir tout régenter … en France un enfant qui nait serait soumis, durant sa vie, à 250.000 Articles de Loi et 500.000 dispositions réglementaires !!! Trop de contraintes mènent à l’anarchie

[3] L’histoire enseigne dit-on à qui veut bien l’entendre … alors quel est le sens et les utilités de la guerre Franco-Allemande de 1870-1871 et combien de morts et de souffrance ?, de la première guerre mondiale 65.106 Morts ? De celle de la 2ième Guerre mondiale 72.106 Morts, ainsi que l’utilisation des armes les plus terribles fondées sur une puissance Nucléaire Hiroshima et Nagasaki ? Combien de morts et de souffrance lors de nos présences en Indochine, en Tunisie, au Maroc, en Algérie ? Et l’Afrique ?  … La guerre du Golf ? … L’esclavage et enfin pour ne pas oublier la perversité suprême de l’homme vis-à-vis de l’homme : les génocides de notre dernier siècle et demi. Une humanité tout entière transformée en « chair à canon » et en lieux infernaux … il est grand temps de charger de « logiciel » et notre « programmation spatio-temporelle » !!! . La violence appelle la violence !!! Est-il si difficile de comprendre  cela ?

[4] Le Philosophe Michel Onfray écrit dans « décadence », avec perspicacité, sans doute : « chacun est devenu une planète froide lancée comme un bolide fou, comme un cosmos gelé sans grande probabilité de rencontre…. C’est, ainsi, que le réactionnaire peut pester et le progressiste applaudir, peu importe ; le tragique regarde ce qui advient, ce qui est et ce qui va advenir »

A propos Gérard Baudou-Platon

Gérard Baudou-Platon Président du Souverain Sanctuaire Khorshed de l'Ordre Initiatique Ancien et Primitif de Memphis Misraïm. Président du Centre d’étude sur les Civilisations Anciennes et Traditionnelles Sur le plan Profane: Ex Professeur d'Arts Martiaux (Catégories Sino-Vietnamien, Viet-Vo-Dao) Ancien fonctionnaire de l'Administration des Postes, Télécommunications et de l'Espace (Administration Centrale) Ancien Chef de Service au GIE Caisse des Dépôts et Consignations et de la Caisse d’épargne de l’écureuil Ex Président de l'Association "Archipel Service" (Service à la personne) Ex Président de l'Association l'Albatros (Service aux personnes handicapées) Auditeur Organisation, Information, Analyse, Programmation, Maîtrise du Management Mes spécialités: Les Systèmes d'Information, l’Organisation des Entreprises , le Télétravail Mes Formations : Troisième Cycle des Universités: Paris I (Sorbonne) S.I (IAE) ... CNAM ... INRIA ... SESMAP ... INCA ... Mes passions Philosophie, Mathématiques, Physiques, Sciences de la vie, Bouddhisme, Taoïsme, Gnosticisme, Métaphysique ... Toute Spiritualité ...
Ce contenu a été publié dans Evenements. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Faire cela ou abandonner notre monde au vautour

  1. Christian dit :

    Mon B :. A :. F:. Gérard,
    mes BB :. AA :. FF:. et SS:.,

    La lecture matinale de ces propos « façon » « coup de gueule » (et ce n’est pas une critique) réveille si besoin était ma conscience et mes réflexion d’avant l’aurore en ce jour pour moi de Jupiter à venir …

    Le « paysage » brossé là et ici est gris, c’est une réalité indéniable, et dans notre vie sous la « pandémie » qui nous menace en tous points de notre planète nous nous devons effectivement en faire une analyse sans concession, lucide et objective ; cela me semble être le cas au travers de ces « lignes » « violentes » (car « vraies et sincères ») et sans surprise je les partage avec une profonde tristesse d’être humain « lambda » , mais aussi avec « l’énergie », « l’espoir », « l’enthousiasme » parfois qui sont ceux d’un modeste (« mondeste » ?) « cheminant » individuel et collectif …

    Il m’apparaît peut être nécessaire, si un tel écrit devait être « diffusé » plus « largement » (ce que je souhaite … ..), qu’il se terminât, provisoirement, par une (des) perspective(s), « proposition(s) » et « cheminement(s) « positif(s) » bien sûr découlant de notre quête sur la voie qui est la nôtre, volontairement, ainsi nous pourrions montrer que le Yin et le Yang est aussi une concrète réalité qui nous anime avec l’Esprit de Maât.

    Je sens que je suis un peu confus, il est vrai qu’il m’est arrivé moult fois de constater que je « fus-con » MdR, mais comme vous, et avec vous, j’ai la faiblesse (la force itou) de penser que je me soigne dans notre commune démarche …

    avec ma fraternelle affection,

    prenez soin de vous, et de ceux qui vous proches …

    Christian

  2. Manivet dit :

    Mariane, le monde et ses égarés…

    L’Esprit de Mariane fécondait la France avant même qu’elle fut conçue…
    Depuis l’Aube des temps, mon pays d’aujourd’hui, eut une Grande Mission,
    Celle de donner aux hommes, le Goût du Bien vivre, et l’Amour inconnu,
    De percer les mystères, d’ouvrir le monde aux autres, et désirer l’action.
    Nos ancêtres nous viennent des peuples libres, fougueux et vigoureux,
    Que les Grecs et les Romains, fondateurs de nos textes, ont su apprivoiser.
    Notre Ame collective est multimillénaire, notre socle est profond et ancré,
    Dans l’Europe, fille du Dieu des dieux antiques, qui vint souffler le Feu,
    De l’Esprit de la forge, qui façonne sans cesse les cités et les peuples
    Pour aider à Grandir parmi l’Humanité, l’Idée que l’Homme existe bien,
    Qu’il n’est pas un pantin, servile, et soumis, aux délires des tyrans veules,
    Et stériles, qui plongent aux antres de l’infâme, et l’obsession du rien.
    Ces phases d’obscurité depuis la nuit des temps émergent violemment,
    Chaque fois que les princes et les rois faillissent à leur Devoir d’éclairer
    Sans détour, le chemin nécessaire, celui de progresser, franchement,
    Sans mentir, ni trahir des promesses, tenues, que le peuple a aimées,
    Mais qui, souvent, demeurent, face aux réalités, impossibles à garder.
    Alors l’Histoire se répètent, et bégaie à souhait, forte est la tentation,
    De céder aux mirages du bouc émissaire, intermédiaire, et faux expiatoire,
    De folles frustrations, peurs incontrôlées, et réponses viles et illusoires…
    C’est ainsi que naissent les tragédies, les guerres, et les ethniques épurations,
    Qui purgent l’Humanité des plus faibles minorités, que l’on porte au pilon,
    Non pour leurs dangers totalement avérés, mais pour leur simple présence,
    Car leurs vies nous renvoient à nos propres angoisses, peur de la différence.
    L’étranger est étrange, il vit bien autrement, et cet autre mode de vie
    Provoque le mépris, le dégoût, et la folle pulsion de rétablir nos codes,
    Non par l’Amour du Droit, celui qui fait les hommes, mais par haine et envie,
    De ne pas tolérer, ceux qui prennent une autre route, loin des modes,
    Loin s des préjugés, vivant une vie de bohème, et d’éternels enfants…
    Mariane pleure alors lorsque tous ses enfants entrainent leurs descendants
    Au-delà de nos Lois, principes fondateurs, commandements illustres,
    Que les déclins temporaires n’ont pu définitivement balayer, ni faire oublier,
    Car mystères immanents, la France est fille surveillée, guidée et aimée,
    Non pour son empire, et ses conquêtes passées, mais pour une idée,
    Sublime, et certaine, que Grandir en ce monde, passe par se remémorer
    La lumineuse maxime : Liberté- Egalité – Fraternité, programme à accomplir.
    Mariane pleure, et corrige chaque fois que le serment sacré est violé,
    Par des actes indignes aux droits fondamentaux, que les manipulateurs zélés,
    Des passions vulgaires, cèdent sans retenue aux désirs de vengeance et peurs,

    Séculaires, sources des fascismes, fanatismes, et totalitarismes, qui arborent
    Le visage, au début en tout cas, d’un ordre rassurant, et qui ensuite, dévorent
    Ses enfants, d’abord, les plus fragiles, ensuite, les dérangeants, libres et porteurs,
    Des plus hautes valeurs, celles que l’on veut sans pitié condamner, et briser,
    Que Mariane, gardienne, de notre Ame, au fil des générations a su nous enseigner.
    Mariane, pleure aujourd’hui de voir son peuple étouffé, lui qui vit en Liberté,
    Dont le Cœur la déborde, au point de voir le monde, non comme un étranger,
    Mais comme une Sœur, un Frère qui veut bien recevoir sa main, de Paix et d’Arme.
    Trop sont si faibles, face aux craintes, et si forts face aux faibles, qu’il faut sonner l’Alarme,
    Réveiller les consciences, désobéir, peut-être, lorsque les Lois ne font plus les hommes,
    Et que quelques hommes font les lois non pour civiliser mais pour opprimer en sommes…
    Daniel MANIVET . :

  3. Marc B. dit :

    Je me relève d’un voyage aux pays des songes et le réveil à un goût d’amertume. Que dire de plus…
    OUI, selon moi, il existe bien des DIFFÉRENCES entre les êtres humains (et c’est là toute la richesse bienfaisante de notre vie ici-bas), sans qu’aucun ne soit meilleur ou moins bon qu’un autre! On ne naît tous égaux qu’en droit…et j’ajouterai en essence. Si la lumière qui nous anime vient donc bien de la même Source (qu’elle que soit son nom, car une fois de plus ce sont les hommes qui donnent leurs noms aux « dieux »), elle ne rayonne pas de la même façon au travers de nos divers « véhicules terrestres », sinon nous serions tous sur le même mode (monde) vibratoire…et ce n’est pas non plus le cas. Ce n’est en rien un problème, mais un état factuel qui doit mener ensuite à de vrais échanges entre ces modes, entre ces mondes. Je compare souvent la relation à des cellules humaines. Elles se doivent de fonctionner à l’unisson tout en respectant leurs différences, sinon l’ensemble se grippe, se bloque et finit par tomber gravement malade… Une place pour chacun et chacun à sa place.
    C’est pourquoi, OUI le RESPECT est la prime valeur, elle est essentielle (à prendre dans son sens de langue des oiseaux). Car c’est d’elle que dépend tout le reste. J’ai choisi quant à moi de rester fidèle à mon cher ÉQUILIBRE et sa mise en pratique. Maât en toute humilité (avec les impuretés de cette vie). Ma règle de vie est : JE RESPECTE L’AUTRE. C’est à partir de cela qu’une transmission valable (selon moi), car COHÉRENTE peut commencer et en particulier la LIBERTÉ D’EXPRESSION, car nous sommes avant tout des êtres de langage et de communication, comme tout être des différents règnes ce monde …Faire du lien, partager pour mieux se comprendre.
    Oui, il a toujours été nécessaire de transmettre la Connaissance, mais comme le disait Dolto, « N’oublions pas que ce qui fait l’intelligence de l’homme, c’est pour beaucoup celle de ses mains… » Alors agissons, ou plus exactement continuons d’agir contre l’obscurantisme forcené des quelques cordes dissonantes de ce magnifique orchestre qu’est la Vie. Un brin peut facilement être brisé, mais un fagot devient impossible à rompre…
    Je suis dans le deuil aujourd’hui, comme hier, de ceux qui éclairent ce monde. Des lumières s’éteignent hélas, mais vous pouvez m’en croire sur parole (j’en ai sous les yeux tous les jours) d’autres naissent, grandissent et prennent force et vigueur pour ancrer ce qui doit…
    Il nous appartient de les aider (ceux qui sont déjà là et ceux qui arriveront) à grandir avec le plus de quiétude possible en cette période difficile pour préparer des temps plus sereins. C’est là, la véritable fonction de la Tradition. Non de maintenir de vieilles images surannées, et pour certaines surjouées en en ignorant le sens profond et de les reproduire à l’infini, mais bien de nettoyer de ses scories ce qui empêche vraiment d’avancer. Mettre en réelle adéquation paroles et actes ! De retrouver la substantifique moelle de notre Sagesse. Dans ce flot d’énergies chaotiques, tenir le cap est difficile, mais pas impossible… Il faut y croire et le mettre en pratique, réunir les complémentaires! Naviguons sans perdre la boussole!

    Marc B.

  4. Manivet dit :

    En effet, les temps sont lourds, étouffants et aliénants pour beaucoup…
    Il nous appartient d’essayer de trouver du sens dans toutes les dérives à l’émancipation
    que nous connaissons actuellement.
    Les réponses qui nous sont proposées sont essentiellement réglementaires, emplies de juridisme,
    en oubliant que l’humain doit demeurer « un roseau pensant », plier pour ne pas rompre.
    Hors, cette rigidité étouffante de Libre consentement nous place dans un dilemme impossible :
    celui d’obéir à des injonctions contradictoires, par exemple : le devenir de l’Homme, son progrès matériel ou éthique
    face aux équilibres naturels, des créatures et de la Création…
    Or nous devons concilier les contraires, comme le Tao…
    Des choix sont à prendre pour l’intérêt collectif, afin de surmonter les défis présents et à venir, mais cela va
    exiger des engagements individuels, qui, pour être acceptés, doivent être éclairés et consentis par chacun…!

    Et là est le défi : accompagner les mutations nécessaires de nos civilisations par une éducation populaire,
    et volontairement consentie.
    En effet, nous avons un rôle à jouer : comprendre, enseigner, et transmettre des connaissances porteuses de sens,
    sur le temps long, afin que les générations qui viennent conservent une Espérance et un Esprit de Préservation de la Vie.
    A défaut de cela les déchirures vont s’amplifier, et on le voit déjà, les divisions en tous genres sont à l’oeuvre :
    les forces de l’ombre sont toujours plus réactives que celle de la Lumière, car les êtres tardent à agir, par indulgence,
    par paresse, ou pire, par lâcheté.
    Je vous joins ma contribution aux textes lucides et clairvoyants que vous avez échangés.
    Nous devons en effet communiquer, là ou cela nous semble utile, nos traits d’étincelles de Lumière auprès de ceux qui veulent bien les recevoir,
    afin que la chaîne d’Union fraternelle se nourrisse de chacun, pour le bien de tous.
    Chaque pierre doit prendre conscience qu’elle participe à l’édification d’une cathédrale et non d’un mur simple,
    car nos vies nous dépassent largement…si nous le désirons …

  5. Patrick dit :

    Que dire, de ce texte que je viens de parcourir, d’autre qu’il est l’expression sincère et profonde de la prise de conscience sans voile de l’état actuel de notre monde et de notre société dite moderne et évoluée…
    Il y aura toujours des contradicteurs à de tels propos … oui celles et ceux qui ne sont pas en première ligne, au contact, au « feu »…
    Excellente Journée à toutes et tous

  6. Bruno dit :

    Il est bon de lire des choses aussi fortes et compréhensibles pour tout être humain normalement constitué.
    Les 3 règles que tu cites et explique pourraient etre mentionnés et flotter sur l’etendard d’une humanité réfléchie, voir sur certains édifices.
    Merci de recadrer ces différents sujets qui partent dans tous les sens ave nos chers médias et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *